Articles Faire-Face - Page 2

  • Un office HLM condamné pour une terrasse en manque d’accessibilité

    office-condamne-terrasse-inaccessible-600x302.png


    podcast
    2301484282.2.jpg

    Le Tribunal d’instance de Toulouse vient de condamner l’office HLM de la métropole toulousaine à indemniser une de ses locataires. Cette dernière ne peut pas jouir pleinement de sa loggia, inaccessible aux personnes handicapées.

    Un balcon, une terrasse ou une loggia dont il est impossible de profiter faute de pouvoir y accéder. C’est ce qui arrive à de nombreux locataires en situation de handicap. Carina Lebbad, elle, ne l’a pas supporté.

    Cette Toulousaine a emménagé en mars 2013 dans un immeuble flambant neuf appartenant à l’office HLM Toulouse métropole habitat. L’appartement, au rez-de-chaussée, était censé être « adapté aux personnes à mobilité réduite ». Mais un seuil de 33 à 38 cm empêche les personnes en fauteuil roulant de se rendre sur la loggia prolongeant les cuisine et salon.

    2 000 € d’indemnisation pour préjudice de jouissance

    Ainsi, Carina Lebbad et l’association Handi-social ont saisi, en 2016, le Tribunal d’instance de Toulouse. Dans une décision, rendue le 20 février,  Toulouse métropole habitat a été condamné à verser 2 000 € à la plaignante. Motif : elle ne peut jouir d’une partie du bien loué.

    En effet, pour le tribunal, l’appartement ne respecte pas les dispositions réglementaires en vigueur lorsque la demande de permis de construire a été déposée. En l’occurrence, l’arrêté modificatif du 30 novembre 2007 stipule que la hauteur du seuil de la menuiserie doit être inférieure à 2 cm.

    Lire la suite sur le site Faire Face de l'APF

  • PCH : certains départements sont trois fois moins radins que d’autres

    illustration_pch.jpeg?itok=lgXy9S2_


    podcast
    2301484282.2.jpg

    Le montant moyen de la prestation de compensation du handicap (PCH) varie de 2 812 € à 9 407 € selon les départements. Soit un rapport de 1 à 3,3. Leurs caractéristiques socio-économiques mais aussi la politique menée dans ce domaine expliquent cet énorme écart. Avec une évaluation plus ou moins restrictive des besoins ou des tarifs PCH supérieurs au minimum réglementaire.

    Lire la suite

  • Les bracelets rouges : (enfin) une série qui ose aborder le handicap

    Les-bracelets-rouges-660x330.jpg


    podcast
    2301484282.2.jpg

    Une série dans un hôpital, avec des parcours croisés de patients… Pas très original pour les fans de Dr House ou Grey’s Anatomy. Sauf que dans la nouvelle série médicale Les Bracelets rouges, diffusée à partir du 05 février sur TF1 à 21h, les héros ne sont pas les médecins, mais les adolescents malades et en situation de handicap.

    Il y a Thomas, atteint d’une tumeur au tibia, qui attend avec angoisse l’amputation de sa jambe. Clément, son copain de chambre, dont le cancer a déjà entraîné l’amputation d’un membre inférieur. Roxanne, une jeune fille anorexique, et Côme, le jeune narrateur, dans le coma depuis huit mois…

    Atteints de cancers ou hospitalisés pour des accidents ou des maladies psychiques comme les troubles alimentaires, ils continuent de se battre pour vivre normalement. Malgré les soins, comme tous les autres jeunes de leur âge. Pour s’entraider, ils ont formé une sorte de club avec comme symbole de ralliement un bracelet rouge que chacun porte avant chaque opération.

    Inspirée d’une histoire vraie

    Inspirée de la série catalane Polseres vermelles, cette mini-série (six épisodes) est tirée de l’histoire vraie d’Albert Espinosa, son créateur. Il l’a racontée dans un livre à succès Le monde soleil. Hospitalisé très jeune pour trois cancers, ce quadragénaire a perdu une jambe, un poumon et une partie du foie. Gros carton en Espagne, la série a été adaptée aux États-Unis, en Italie, en Allemagne, au Chili et au Pérou avec des succès d’audiences mitigés.

    Si Albert Espinosa n’a pas participé au scénario de la version française, il a rencontré les jeunes acteurs pour leur faire partager ce qu’il a traversé. Son cri du cœur ? « Dans un hôpital, on ne meurt pas de la maladie mais d’ennui. »

    Lire la suite sur le site Faire Face de l'APF

  • Festival de BD d’Angoulême : les personnes handicapées ont du talent

    BD-LAURE%CC%81ATE.png


    podcast
    2301484282.2.jpg

    Le palmarès de la 19e édition du concours de bande dessinée organisée par l’Hippocampe a été dévoilé mercredi 24 janvier, à Angoulême. Les 33 lauréats ont tous travaillé sur le thème « Envie de… » et ont visiblement été très inspirés.

    C’est devenu un rendez-vous incontournable dans le cadre du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Le Prix Hippocampe récompense de jeunes auteurs et dessinateurs en situation de handicap physique et mental.  Pour sa 19e édition, 3 179 participants ont laissé parler leur créativité sur le thème « Envie de ».

    Les deux jurys présidés par Frank Margerin et Olivier Jouvray, deux pointures du monde de la bande dessinée, ont désigné 33 lauréats. Ils étaient répartis en différentes catégories selon les âges et le type de handicaps.

    Voici une petite sélection :

    Lire la suite sur le site Faire Face de l'APF

  • Violences sexuelles et sexistes : les femmes handicapées aussi

    Ecoute-Violences-femmes-handicapees-660x330.jpg


    podcast
    2301484282.2.jpg

    25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Une journée avec une résonance singulière cette année, dans un contexte de libération de la parole des femmes au sujet des violences sexuelles et sexistes. L’occasion de rappeler que les femmes en situation de handicap subissent aussi régulièrement ce type d’agressions. 

    Longue énumération d’insultes et de comportements indignes… À l’image de beaucoup d’autres témoignages lus ces dernières semaines, celui de Christelle (le prénom a été modifié) fait froid dans le dos. On a pu l’entendre sur BFMTV mercredi 22 novembre. Celle qui s’exprime sous couvert d’anonymat est la deuxième femme à porter plainte contre l’islamologue suisse Tariq Ramadan pour violences sexuelles. Et elle est en situation de handicap.

    Dans son récit, elle précise que Tariq Ramadan aurait même donné « un coup dans sa béquille » pour la faire tomber. Puis, il l’aurait « récupérée par les cheveux » et l’enfer aurait commencé. Chronique ordinaire des violences sexuelles insupportables qui n’épargnent pas les plus vulnérables.

    Trouver le courage de décrocher son téléphone

    Depuis les premières révélations dans l’affaire Weinstein et l’apparition des hashtags #balancetonporc et #metoo, on assiste à un phénomène sans précédent. Des victimes qui avaient jusque-là préféré se taire ont décidé de prendre la parole. Les femmes en situation de handicap commencent, elles aussi, à oser se faire entendre.

    Comme en témoigne l’association Femmes pour le dire, Femmes pour agir (FDFA) qui tient l’unique permanence téléphonique d’accueil et d’accompagnement juridique, social et psychologique de femmes handicapées victimes de violences voire de maltraitances.

    Lire la suite sur le site Faire Face de l'APF