Deux pilotes handicapés se lancent dans le premier tour du monde en avion adapté

7802721_27721e54-7bb1-11e8-8bd7-d638ce24ad9d-1_1000x625.jpg

LP/Virginie Wéber


podcast
2301484282.2.jpg

Les Mureaux (Yvelines). Le pilote de l’aéro-club Paul-Louis Weiller Guillaume Féral (à gauche) participe avec Mike Lomberg (à droite), originaire d’Afrique du Sud, au projet Handiflight around the world. 

Cliquer sur lire la suite pour voir l'article.

Le parcours s’étale sur dix mois, 80 000 km, dont 30 000 au-dessus des océans, et six continents.

Dans dix jours, Mike Lomberg et Guillaume Féral vont participer à un stage de survie. Les deux pilotes vont être immergés dans une cage au fond de l’eau pour simuler un crash d’avion dans l’océan. « Ce sera pareil mais avec les requins en moins », s’amuse à préciser Guillaume Féral. Le pilote de l’aéro-club Paul-Louis Weiller, aux Mureaux, se prépare à devenir l’un des deux premiers pilotes handicapés à faire le tour du monde en avion.

Avec le soutien des pilotes de Solar Impulse

À partir de novembre, les deux comparses vont parcourir 80 000 km, dont 30 000 au-dessus des eaux, traverser plus de 40 pays et six continents, tout cela en 150 étapes et en l’espace de dix mois. Baptisé Handiflight around the world, le projet a reçu le soutien de Bertrand Piccard et André Borschberg, pilotes de Solar Impulse, le premier avion solaire à avoir volé autour du monde en faisant 40 000 km sans carburant.

« Dans nos pays, le handicap est relativement banalisé mais dans certains endroits comme l’Inde, c’est un facteur d’exclusion sociale, regrette Guillaume Féral. On veut porter le message qu’il est possible de vivre une vie qui s’approche de la normalité en étant handicapé. » Dans leurs pérégrinations, Mike Lomberg et Guillaume Féral, chacun à bord d’un avion ultraléger équipé de commandes manuelles, vont être accompagnés d’un troisième avion conduit par Daniel Ramseier, initiateur du projet et responsable des équipements des pilotes de Solar Impulse. 

À la recherche de sponsors

Au fil du trajet, une vingtaine d’aviateurs, la plupart paraplégiques, en provenance d’Angleterre, d’Italie, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, vont les rejoindre au gré des différentes étapes pour promouvoir l’inclusion des personnes handicapées, combattre les préjugés et récolter des fonds pour Handicap international.

« C’est une réelle opportunité de faire le tour du monde, partir à la rencontre d’autres pilotes et d’autres populations pour partager nos expériences, se réjouit Mike Lomberg. On aimerait être source d’inspiration pour des enfants ou des personnes qui, comme nous, ont perdu l’usage d’un ou plusieurs membres. On s’impose naturellement des barrières alors qu’il faut savoir imaginer et oser se lancer des challenges. » Le projet a reçu le soutien du Lions club international, qui finance l’ensemble des hébergements, mais l’équipe est toujours à la recherche de sponsors pouvant prendre en charge une partie des 500 000 € investis à ce jour.

Article issu du site Le Parisien et écrit par Virginie Wéber

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel