04/07/2017

L’État une nouvelle fois condamné pour ne pas avoir « pris en charge » un enfant handicapé

etat-condamne%CC%81-prise-en-charge-handicap-660x330.png

2301484282.2.jpg
podcast

L’État doit indemniser une jeune fille et ses parents parce qu’il n’a pas respecté les décisions de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées. Cette condamnation, rendue par le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, n’est pas une première… Et sans doute pas une dernière, vu les dizaines de milliers de personnes sans solution.

C’est en passe de devenir un classique des palais de justice. Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise a condamné l’État à indemniser une jeune fille autiste et ses parents pour n’avoir pas mis en œuvre les décisions de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). « Cette décision a été rendue le 29 juin 2016 mais la famille a souhaité, à présent, la rendre publique », explique Maître Alexandra Grévin, leur avocate (L'APF du Gard précise que Maitre Grévin est l'avocate qui conseille les participants aux permanences juridiques offertes à ses adhérents)

Pas d’auxiliaire de vie scolaire et pas de Sessad

Premier manquement : l’inspection académique n’a pas recruté l’auxiliaire de vie scolaire dont cette élève avait besoin. La CDAPH lui avait pourtant accordé, dès 2011, six, puis douze, puis vingt-quatre heures d’accompagnement.

De plus, la jeune fille n’a pas non plus bénéficié d’une prise en charge par un service d’éducation spécialisée et de soins à domicile (Sessad) vers lequel la commission et le tribunal du contentieux de l’incapacité l’avaient orientée, en 2013. En attendant qu’une place se libère, et juste avant la saisine du tribunal administratif, elle a commencé à être suivie par un service de soutien à l’éducation familiale et à l’intégration scolaire (Ssefis). Mais « l’absence de prise en charge spécifiquement adaptée à ses troubles révèle une carence de l’État », précise le jugement.

Lire la suite sur le site de Faire Face de l'APF

14/06/2017

Handicap à l’école : les ULIS ou la difficile marche du collège

Capture_d_e_cran_2017-04-25_a_15_12_05-e1493126852384-768x425.jpgPhoto Coralie Mollaret

   

C’est l’histoire d’un dispositif qui fonctionne, et qui aide chaque année de nombreux enfants porteurs de handicap, notamment de déficiences intellectuelles, à avoir accès à une scolarité sur mesure et à progresser.

Un dispositif mis en place dans un grand nombre d’écoles élémentaires, notamment dans celle du petit village de Connaux, à une douzaine de kilomètres de Bagnols.

« Certains arrivent éteints et repartent confiants »
Ce dispositif, ce sont les Unités locales pour l’inclusion scolaire (ULIS). Ici, c’est l’enseignant coordinateur Jean-Marc Ambrosino qui s’en occupe. « On a des enfants de la circonscription de Bagnols qui sont considérés comme relevant du handicap, majoritairement des enfants touchés par un trouble du développement des apprentissages. » En clair, il s’agit en majorité d’enfants souffrant de déficiences intellectuelles, de trisomie 21 ou encore de troubles autistiques. À Connaux, ils sont ainsi douze à avoir accès à une école comme les autres, dans une classe pas tout à fait comme les autres : « on leur propose un apprentissage adapté, on ne va pas exiger un apprentissage par classe d’âge, on vise un niveau CE2 dans le meilleur des cas, car certains ne sont pas lecteurs et ont des difficultés scolaires lourdes. »

Lire la suite

11/06/2017

Aménagement des épreuves d’examen

bien-reussir-epreuves-scolaires-890x480.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Brevet, bac, concours d’entrée en école… un jour, ce sera son tour de s’y présenter, mais avec des aménagements d’épreuves spécifiques pour que votre enfant handicapé soit le plus possible à égalité avec les autres.

Il est très lent : un temps d’épreuve majoré

Il sait écrire mais à (très) petite vitesse. Alors pour rendre un devoir dans un temps imparti, c’est quasiment mission impossible. La solution pour le jour J ? Il est possible de demander un temps d’épreuve majoré. Autrement dit, du temps en plus pour compenser une perte de temps globale qui peut par exemple être causée par une fatigabilité générale. Sauf exception, cette majoration du temps imparti ne pourra pas excéder le tiers du temps de l’examen scolaire normalement prévu : soit une heure supplémentaire maximum pour trois heures d’épreuve.

Il a besoin qu’on lui explique : un accompagnement AESH

En classe, toute l’année, l’AESH (Accompagnants des Éleves en Situation de Handicap, ex-AVS) doit prendre le temps d’expliquer avant que Lulu se lance dans l’exercice. La solution pour le jour J ? Une aide humaine peut lui être octroyée. Le rôle de cet assistant va être d’énoncer à l’oral le sujet écrit, mais aussi de reformuler les consignes. Sa mission aura été au préalable précisément définie dans la décision d’aménagements d’épreuves. Et pour que votre enfant ne soit pas perdu, il est préférable que l’aide accordée soit cohérente avec ce dont il a l’habitude.

Lire la suite sur le site déclic

31/05/2017

L’ONISEP publie des annuaires dédiés au handicap

ONISEP-1-e1493740853502-730x410.jpg

audio.jpg


podcast

Comment trouver un service de soins pour accompagner un collégien en situation de handicap? Existe-il près d'ici une Ulis lycée? S'appuyant sur une enquête nationale, chacun de ces annuaires présente les établissements et services pour jeunes en situation de handicap auditif, moteur ou visuel. Il s'appuie sur une enquête auprès des structures du secteur médico-social et des dispositifs collectifs d'inclusion scolaire de l'éducation nationale.

Vers une école inclusive

Pour les professionnels comme pour les familles, il est important d'identifier dans un secteur géographique donné les différentes structures existantes pour la scolarisation des élèves en situation de handicap. Quels services ou organismes assurent la prise en charge précoce de ces enfants ?

Chacune de ces publications répond à toutes ces questions, pour une part transmises par les jeunes, leurs familles et les équipes éducatives via le service d'information personnalisée www.monorientationenligne.fr ou sur les salons étudiants. Elle leur apporte des informations pratiques et concrètes sur les ressources disponibles à proximité de chez eux et sur tout le territoire.
 
Retrouvez l'intégralité de l'article sur le site onisep.fr