19/02/2017

Accompagnement sexuel : la communication très soft de l’Appas sur les réseaux sociaux

Appas-2.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

D’habitude plus directe, l’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (Appas) a choisi un ton très consensuel pour sa première campagne de communication, lancée le 31 janvier sur Facebook et Twitter. Trois visuels représentant un homme en situation de handicap aidé dans sa vie quotidienne sont accompagnés de messages laissant entendre qu’il a aussi d’autres besoins. Marcel Nuss, président de l’association, explique l’enjeu et les choix de cette campagne.

Faire Face : Pourquoi lancer une campagne de communication visant le grand public ?

Marcel Nuss : Notre cause est encore trop confidentielle. Notre pétition pour la reconnaissance de l’accompagnement sexuel, lancée fin décembre 2016, n’a pour le moment atteint que 1 200 signatures. Nous voulons toucher les élus, les parlementaires pour faire évoluer la loi et rendre l’accompagnement sexuel complètement légal. Mais pour les convaincre, le lobbying du monde du handicap seul ne suffira pas. Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre et donc de faire évoluer le regard.

Lire la suite

18/02/2017

L'AAH versée après l'âge de la retraite : victoire ?

l-aah-versee-apres-l-age-de-la-retraite-victoire-9547.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Depuis le 1er janvier 2017, les allocataires de l'AAH (au moins 80%) peuvent continuer à la percevoir au-delà de l'âge de la retraite sans avoir à demander l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA).

Jusqu'à maintenant, dès qu'un bénéficiaire de l'AAH (Allocation adulte handicapé) dont le taux d'incapacité est égal ou supérieur à 80% arrivait à l'âge légal de la retraite (c'est à dire 62 ans en 2017), il était tenu d'entreprendre des démarches pour basculer dans le dispositif ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées) ; cette dernière est réservée, comme son nom l'indique, aux personnes âgées, et remplace le minimum vieillesse depuis 2006 (elle est versée sous condition de ressources aux personnes qui n'ont pas suffisamment cotisé aux régimes de retraite pour pouvoir bénéficier d'un revenu). C'est la fameuse "barrière d'âge" que les associations de personnes handicapées tentaient de faire céder depuis près de 15 ans !

Lire la suite sur le site handicap.fr

17/02/2017

Financez vos vacances adaptées en famille

argent_vacances-800x431.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Le surcoût lié au handicap peut peser lourd dans le budget des vacances adaptées. Pour compenser, des aides financières existent. Le site du magazine Déclic vous dit quels organismes solliciter pour faire baisser la facture.

Définir le surcoût lié au handicap

Vous pouvez faire une demande auprès de la MDPH (Maison Départementale pour Personnes Handicapées), que vous releviez de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) ou de l’AEEH (Allocation d’éducation de l’enfant handicapé). Sachez cependant qu’il est plus facile d’obtenir de l’aide financière pour un séjour adapté (en colonie de vacances par exemple) que pour des vacances en famille. On vous demandera de justifier le surcoût lié au handicap : c’est-à-dire la différence entre ce que vous allez payer et un séjour comparable pour une famille dont aucun membre n’est en situation de handicap. Il faut donc présenter un devis comparatif. Le surcoût peut correspondre à un besoin d’accompagnement, pour financer par exemple le recours à des animateurs dans un village vacances. Il peut aussi être lié à un besoin de matériel adapté : louer une joëllette, un monopousseur, des skis adaptés, un hippocampe, etc. Anticipez plusieurs mois à l’avance afin que votre demande puisse être étudiée par votre référent MDPH.

Lire la suite sur le site du magazine Déclic

16/02/2017

Montpellier accessible

Place-de-la-Comedie-2002-opera-comedie_format_280x280.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

L'Office du Tourisme & Congrès de Montpellier Méditerranée propose, à certaines dates, aux personnes en situation de handicap (visuel, auditif et moteur) des visites guidées adaptées du centre de Montpellier.

VISITE DU CENTRE HISTORIQUE ADAPTÉE - ACCESSIBLE, HANDICAP MOTEUR

Un parcours de 2 heures au cœur du centre historique avec la visite en exclusivité de deux cours d'hôtel particulier pour rendre le patrimoine montpelliérain accessible à tous : samedi 1er avril et dimanche 10 juin à 10h30.

INFORMATIONS

- Tarifs 10€ - 8€ tarif réduit
- Gratuités : 1 accompagnateur par personne en situation de handicap, enfants moins de 18 ans accompagnés d'un parent.                                                                                                      
- Réservation obligatoire

 Pour plus d'informations et réserver

L'Office du Tourisme & Congrès de Montpellier Méditerranée propose également un guide "Montpellier offre adaptée" qui répertorie les lieux accessibles pour le touriste en situation de handicap.

Vous pouvez également vous rendre directement à l'Office du Tourisme dont l'accès aux locaux est adapté aux personnes en fauteuil roulant avec des portes coulissantes, des présentoirs de moins d'1m 30 de haut permettant l'accès physique aux informations culturelles et touristiques : Place de la Comédie à Montpellier de 9H30 à 18H (lun-sam) / 10H à 17H (dim./jours fériés).

15/02/2017

La Securité sociale s'attaque aux renoncements aux soins

404822-une-patiente-recoit-des-soins-dentaires-dans-un-hopital-de-lyon.jpg?modified_at=1433414481&width=960

2301484282.2.jpg  
podcast

L'assurance maladie a mis en place dans certains départements, et plus particulièrement dans le Gard, un nouveau dispositif pour détecter et accompagner les personnes qui renoncent à se soigner.

Après de nombreux constats, la CPAM du Gard , en collaboration avec l'Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services), a décidé depuis quelques années de se pencher sur le fait que de nombreuses personnes renoncent aux soins.

La première enquête menée dans le Gard montrait que le renoncement concerne 30 % des personnes interrogées, et dans 94 % des cas, ces personnes ont un réel besoin de soins. Il y a donc très peu de déclarations « de confort ». Les causes du renoncement sont multiples : un coût trop élevé, un manque de transport, la peur face à certains soignants...

La première plateforme a vu le jour à Nîmes dans le Gard en novembre 2014 et s'est étendue depuis à 20 autres caisses avec un bilan très positif. Le nouveau dispositif repose sur deux piliers : la détection des situations individuelles de renoncement, et leur résolution par la Pfidass, la Plateforme d'intervention départementale pour l'accès aux soins et à la santé.

Si ce sujet vous intéresse et pour plus d'informations nous vous invitons à lire l'article du 1er février paru dans le journal "Alternatives Economiques" écrit par Céline Mouzon

14/02/2017

Grande enquête « Elections 2017 et Handicap » : donnez votre avis !

2120634130.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

L’institut d’opinion Ifop lance, avec l’APF, une grande enquête en ligne pour connaître l’opinion des citoyennes et citoyens en situation de handicap à l’occasion de l’élection présidentielle et des législatives. 

Vous êtes vous-même personnellement concerné(e) par un handicap ou vous portez la parole d’une personne en situation de handicap qui ne peut pas s’exprimer ? Vous êtes parent, frère, sœur, d’une ou plusieurs personnes concernées par un handicap ? 

Répondez à cette grande enquête en ligne sur www.enquete-handicap-elections.fr avant le 28 février et donnez votre avis sur l’évolution de votre quotidien ces 10 dernières années, vos attentes et votre état d’esprit à quelques semaines des élections.

Cela ne vous prendra que quelques minutes et c’est anonyme ! 

Si vous n’êtes pas directement concerné (e), des personnes de votre entourage pourraient l’être. Faites-leur connaître l’enquête en la partageant sur les réseaux sociaux ! 

Et rendez-vous le 20 mars sur apf.asso.fr pour découvrir les résultats !