Articles Faire-Face

  • Aide humaine et temps périscolaire : si la CDAPH a notifié, l’État doit s’y plier

    disabled-728522_1920.jpg

    Si la CDAPH accorde à un enfant des heures d’aide humaine sur le temps périscolaire alors l’État est tenu de mettre un accompagnant à sa disposition. Un arrêt en appel vient de rappeler cette obligation légale.

    Il n’y a pas que l’école dans la vie d’un élève. Il y a aussi les temps périscolaires : la garderie, l’étude surveillée, les éventuelles activités sportives après la classe… La Maison départementale des personnes handicapées du Finistère l’a bien pris en compte pour J., un enfant en situation de handicap.

    En août 2016, sa Commission des droits et de l’autonomie (CDAPH) lui avait accordé 35 heures d’accompagnement individuel pour les trois années à venir : 24 heures pour le temps scolaire et 11 pour le périscolaire.

    L’État se limite au temps scolaire

    Mais l’Éducation nationale avait refusé de mettre à disposition un(e) auxiliaire de vie scolaire au-delà de 24 heures. Motif avancé : les activités périscolaires sont facultatives. Elles n’entrent pas dans le champ de compétence de l’État qui n’a donc pas à financer l’accompagnement des enfants handicapés.

    Les parents de J. saisissent alors le Tribunal administratif de Rennes. La Commune de Plabennec, qui avait pris à sa charge les 11 heures manquantes, s’associe à leur recours. En juillet 2017, ils obtiennent la condamnation du ministère… qui fait appel. La Cour administrative d’appel de Nantes leur a de nouveau donné gain de cause, fin juin.

    Lire la suite sur le site Faire Face d'APF France handicap.

  • Raid Latécoère : une première en fauteuil roulant

    raid-aerien-latecoere-4-660x330.png

    podcast

    Un équipage de deux pilotes en situation de handicap participe au Raid Latécoère 2018 reliant Toulouse à Dakar, au Sénégal. Un périple de 55 heures de vol et 9 000 kilomètres. Dans le sillage des aventuriers de l’Aéropostale, les deux hommes font, eux aussi, figurent de pionniers.

    Rencontreront-ils, dans le désert du Sahara, un petit prince aux cheveux d’or qui leur demandera : « Dessinez-moi un mouton ! » ? Qui sait… Ce qui est sûr, c’est que Jean-Michel Secondy et Éric Dabas vont réaliser un rêve de gosse. Ce jeudi 27 septembre, ces deux pilotes handicapés chevronnés prennent le départ du Raid Latécoère, reliant Toulouse à la capitale du Sénégal. Des étoiles plein les yeux.

    Un voyage de 9 000 kilomètres et 55 heures dans les airs, à bord d’un avion léger, sur les traces des pionniers de l’Aéropostale. Cette compagnie aérienne a exploité les lignes Toulouse-Dakar puis Europe-Amérique du Sud de 1927 à 1933. Antoine de Saint-Exupéry en fut l’un des plus célèbres pilotes, tout comme Jean Mermoz et Henri Guillomet.

    Faire rêver et changer les mentalités

    Objectifs de cette aventure ? Entretenir la mémoire de ces lignes aériennes dédiées au transport du courrier postal mais aussi de passagers, à une époque où chaque vol était une aventure risquée, parfois même fatale. Également soutenir des projets culturels et solidaires axés sur l’éducation et l’aéronautique. De quoi faire rêver d’autres gamins qui vivront leur premier baptême de l’air.

    Lire la suite sur le site Faire Face d'APF France handicap.

  • Stationnement et handicap : faites respecter la gratuité

    place_handicap%C3%A9-660x330.jpg


    podcast
    2301484282.2.jpg

    Des titulaires de la carte européenne de stationnement ou de la carte mobilité inclusion se sont vu infliger, à tort, des forfaits post-stationnement. Suivez ces quelques conseils pour limiter les risques.

    « Des agents m’ont collé trois forfaits post-stationnement depuis janvier 2018. Et pourtant, ma carte stationnement handicapé était bien visible. » Passy et d’autres lecteurs ont laissé des commentaires agacés, sur faire-face.fr, suite à la parution de notre premier article sur le sujet. Dans leur viseur, la réforme du stationnement.

    Gratuité pour les titulaires d’une carte

    Depuis le 1er janvier, un automobiliste n’est plus sanctionné par une amende de 17 € s’il n’a pas glissé de pièces dans l’horodateur. Il doit s’acquitter d’un forfait post-stationnement (FPS). Son montant varie d’une commune à l’autre. En revanche, les titulaires de la carte européenne de stationnement (CES) et de la carte mobilité inclusion (CMI) conservent le droit de stationner gratuitement sur n’importe quelle place.

    Lire la suite sur le site Faire Face d'APF France handicap.

  • L'île aux fleurs accessible

    couverture-francais-petite-e1522870643904.jpg



    podcast

    2301484282.2.jpg

    "Ami voyageur, ce guide va vous faire découvrir que votre handicap n'est pas un obstacle pour vivre vos rêves. Venez goûter aux parfums exotiques sous le souffle des alizés. Plongez dans le bleu turquoise d'une mer à 28 degrés..."

    En 2016, Noël Cicalini, président de l'association Access'Ile, lui-même en fauteuil roulant, a remporté un appel à projets lui ayant permis de rédiger un guide touristique pensé et expérimenté à destination des personnes handicapées.

    Installé en Martinique depuis une vingtaine d'années, cet ancien sportif est très actif dans le secteur du tourisme. Il organise des séjours adaptés auprès d'agences de voyages.

    Figurent dans son ouvrage toutes les bonnes adresses accessibles (restaurants, loisirs, activités nautiques, sites à découvrir...), les lieux labellisés tourisme et handicap ainsi que les contacts en matière d'hébergement de plain-pied, de soin, de transport, de location de matériel médical. Tous possèdent une notation d'accessibilité. À quand le départ ? 

    Access'Ile Martinique, Noël Cicalini, 76p., 10€.

    Le guide est disponible au Comité martiniquais du Tourisme à Paris ou en écrivant à martinique@handicaptourisme.net

    Article issu du dernier magazine Faire Face de l'APF : abonnement et informations en suivant ce lien.

  • Les entreprises adaptées ferraillent pour conserver leurs subventions et les emplois

    EA-subventions-et-emplois-660x330.jpg


    podcast
    2301484282.2.jpg

    Trois associations gérant des entreprises adaptées veulent empêcher l’État de baisser le montant de leurs aides. Elles ont saisi le conseil d’État afin de préserver l’emploi de leurs travailleurs handicapés.

    Les entreprises adaptées se rebiffent. Trois associations gestionnaires, APF France handicap, l’Unapei et la Fédération des aveugles de France, viennent de déposer un recours devant le Conseil d’État. Elles demandent à la plus haute juridiction administrative d’annuler un récent arrêté qui va les priver de huit millions d’euros. Le parlement avait adopté en décembre 2017 cette mesure d’économie du projet de loi de finances.

    Huit millions de crédits en moins

    Les quelque 780 entreprises adaptées (EA) françaises emploient 34 000 salariés, dont 80 % au moins sont handicapés. Pour compenser leur moindre productivité et assurer leur accompagnement, l’État leur accorde une aide au poste ainsi qu’une subvention spécifique. Lors du débat parlementaire, elles avaient obtenu que le gouvernement renonce à diminuer le montant unitaire de l’aide au poste. En revanche, le ministère du Travail avait maintenu la réduction des crédits de l’enveloppe subvention spécifique de 41 à 33 millions d’euros.

    Lire la suite sur le site Faire Face d'APF France handicap.