06/09/2017

Augmentation de l'AAH : réponse mi septembre

2017_09_01__10_14_sophie_cluzel_sur_vivre_fm_1er_septembre.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Sophie Cluzel, la ministre affirme que l'augmentation de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) sera annoncée lors du Comité Interministériel du Handicap qui se tiendra à la mi septembre. L'AAH devrait atteindre à terme le montant de 900 Euros.

Lire la suite

20/08/2017

Coup de projecteur sur le handiparachutisme

parachute.png

2301484282.2.jpg
podcast

Le handiparachutisme est un sport jeune, mais il est déjà présent aux championnats de France de parachutisme.

L'occasion pour des athlètes handicapés de profiter de sensations extrêmes et de repousser les limites. Ils sont 9 au total présents sur les championnats, avec un équipement un peu spécifique et un coéquipier pour le saut. Cette année, les juges d'épreuve ont créé des coefficients en fonction du handicap pour juger les sauts des handiparachutistes. Un système encore en rodage, pour permettre à ces athlètes de participer pleinement aux épreuves.

Découvrez ci dessus (cliquer sur l'image) le reportage vidéo réalisé sur ce sujet par FranceTVsport .

06/07/2017

Franck Dubosc, réalisateur : il a été inspiré par sa mère en fauteuil roulant

7108395_1-0-1588379043_1000x625.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Le comédien est actuellement en plein tournage de son premier film en tant que réalisateur, "Tout le monde debout", qui traite du handicap. Un sujet qu'il connait bien puisque sa mère est elle-même en fauteuil roulant, ce qui l'a inspiré lors de l'écriture du scénario.

Après avoir joué pour les autres durant de nombreuses années, Franck Dubosc s'est lancé un nouveau défi : passer à la mise en scène. Et pour son premier long-métrage derrière la caméra, l'humoriste a décidé d'aborder un sujet pour le moins personnel, celui des personnes se déplaçant en fauteuil roulant. Ce que sa mère vit au quotidien, comme il l'a révélé au Parisien ce mardi 4 juillet 2017 : "Ma mère est dans une chaise roulante et je pense souvent à tout ce qu'on peut faire malgré le fauteuil. (...) En me promenant avec ma mère, je me disais aussi qu'au cinéma, on voit souvent les gens marcher côte à côte dans la rue et que deux personnes en fauteuil ne peuvent pas avancer sur un trottoir à côté l'une de l'autre."

Lire la suite

03/06/2017

Sophie Cluzel : la ministre qui va faire... la différence ?

sophie-cluzel-la-ministre-qui-va-faire-la-difference-9889.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Interview de Madame Cluzel, Secrétaire d'Etat en charge du handicap par le site "Handicap.fr"

Handicap.fr : Le 22 mai 2017, le Premier ministre, Édouard Philippe, a répondu, en votre compagnie, à l'invitation des Maisons partagées Simon de Cyrène (article en lien ci-dessous). Cinq jours seulement après sa nomination, faut-il y voir un message fort du Gouvernement en faveur des personnes handicapées ou une simple opération de communication comme le déplorent certains sur les réseaux sociaux ?

Sophie Cluzel : C'est sans aucun doute un message fort. Le Président de la République, tout comme le Premier ministre, ont fait du handicap une priorité pour ce quinquennat. J'en veux pour preuve que mon premier déplacement s'est fait aux côtés d'Édouard Philippe. Une façon pour le Premier ministre de réaffirmer son engagement pour la politique du handicap. Les maisons partagées Simon de Cyrène sont un exemple de vivre ensemble au cœur de la Cité. À l'inverse de ce que l'on voit d'habitude, la réponse part de la situation individuelle de chaque personne pour bâtir une réponse collective avec une mutualisation des moyens.

H.fr : Le secrétariat d'État en charge du handicap est désormais rattaché au Premier ministre et non plus au ministère de la Santé. Concrètement, qu'est-ce que cela va changer ?

SC : Tout ! Cette décision du Président de la République est emblématique. Il est enfin reconnu que le handicap doit se traiter dans la transversalité. Cela me permet de travailler avec tous les autres ministres du Gouvernement pour lancer des chantiers et, in fine, d'être plus efficace. Et, une fois encore, cela témoigne de l'importance de la politique du handicap dans ce quinquennat. J'ai d'ailleurs eu une réunion de travail lundi dernier avec Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, pour préparer la rentrée scolaire.

Lire la suite sur le site Handicap.fr

28/05/2017

Vidéo: le combat de Marine contre la sclerose en plaques

13254568_1209170535768701_2617138113443234353_n.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Dimanche 21 mai, l’émission Sept A Huit de TF1 a dédié son portrait à Marine, une jeune femme qui nous explique son cheminement et son combat contre la sclérose en plaques. Après avoir soudainement perdu la vue, la jeune femme a appris qu'elle était atteinte d'une sclérose en plaques. Sa façon d’appréhender la maladie est tout simplement hors du commun.

contre l'avis des médecins, Marine a préféré les voyages, non à la recherche de guérison mais pour se retrouver, à la découverte de son corps, de son esprit et de son âme. Découvrez ce portrait à la fois bouleversant et plein d'espoir d'un petit bout de femme, qui vit non plus contre mais avec sa maladie, sa ''rosie'' comme elle l'appelle. Marine Barnerias, sort un livre pour raconter son histoire, Seper-Héros, qui sort le 25 Mai 2017 en librairie.

Pour voir ou revoir le reportage de Sept A Huit, cliquez ici, pour suivre Marine sur Facebook, cliquez ici.

12615663_1129555660396856_5457152076468645721_o.jpg

Lire la suite

12/03/2017

Camille Boillet, une créatrice de robes pour toutes les mariées

camille-boillet-creatrice-de-robes-de-mariee-adaptees-au-handicap.jpeg

logo malvoyant.jpg

 
podcast

Trouver sa robe de mariée rime souvent avec longue quête. Mais pour les femmes en fauteuil roulant, le parcours est encore plus compliqué. C’est pourquoi Camille Boillet  a décidé d’imaginer et créer des robes accessibles à toutes.

Faire Face : Comment êtes-vous devenue couturière professionnelle ?

Camille Boillet : Ma grand-mère s’occupait souvent des retouches des vêtements de ses enfants. Je l’observais, passionnée, pendant de longues heures. Un jour, j’avais 8 ans, elle m’a enseigné les bases de la couture.

Ensuite, sur des chutes de tissus, je me suis entraînée à coudre des robes pour mes poupées. Mais, pendant toute ma scolarité, j’ai pensé que les études de couture n’étaient pas pour moi. Les écoles étaient trop onéreuses. Finalement, c’est mon professeur principal de 3ème qui a trouvé une formation en bac pro.

FF : Pourquoi avoir décidé de concilier mode et accessibilité ?

C.B : Parmi ma famille et mes amis, j’ai de nombreuses personnes en situation de handicap. Je les ai souvent vues avoir des soucis avec le choix de leurs vêtements.

Un jour, j’ai rencontré la présidente de l’association Cover, le Collectif autour du vêtement ergonomique. Elle organisait une “Alter fashion Week” et m’a demandé de réaliser une robe de mariée adaptée à une femme en fauteuil roulant.

Lire la suite sur le site de Faire Face