22/03/2016

Auxiliaire de vie professionnelle, vers un nouveau métier !

2301484282.2.jpg  
podcast

image handirect.jpgDepuis le 1er janvier 2015, la Métropole de Lyon rassemble, sur un territoire de 59 communes, les compétences de la Communauté urbaine de Lyon et du Département du Rhône. Cette nouvelle collectivité, unique en France, a été créée pour agir avec plus d'efficacité, plus de rapidité, et plus de cohérence.

Dans son fonctionnement interne cette institution s'est inquiétée de la qualité de vie au travail de certains de ses collaborateurs les plus handicapés. Si beaucoup ne se déclare pas du fait d'un handicap invisible, les plus lourdement touchés vivent des situations quotidiennes difficiles. C'est là qu'intervient à la Direction Ressources Humaines et de la qualité de vie au travail qui assure aussi la Mission handicap.


Des aménagements de poste sont régulièrement réalisés, bureaux à hauteur variable, portes coulissantes, déplacement d'un service pour répondre à mobilité très réduite mais aussi aménagement d'horaires, sont monnaies courantes. Mais apparemment ce n'était pas suffisant. De nombreux besoins apparaissent dans la journée, pour lesquels les personnes handicapées sont livrées à elles-mêmes (cela concerne une vingtaine de personnes), quand il s'agit de se déplacer dans les couloirs, d'aller au restaurant interne ou même d'accéder aux toilettes. Il fallait une solution pour fluidifier ces situations et compenser des inaptitudes non prises en compte.

La solution s'est présentée en la personne de Hamid Bouderballah, agent de la métropole en incapacité d'occuper son poste d'éboueur pour raison de santé et en recherche d'une nouvelle mission.

Anne-Marie Guiffray-Serve, en charge de la mission handicap, a eu l'idée de lui proposer un poste d'auxiliaire de vie professionnelle. Ses missions : accueillir certains agents handicapés pour les aider à s'installer à leur poste de travail, les accompagner lors du transfert vers le restaurant et bien sûr intervenir dans les actes quotidiens les plus intimes. Aujourd'hui, ce sont cinq personnes qui bénéficient des services d'Hamid tous les jours.

Si Hamid trouve se trouve à ce poste ce n'est pas par hasard non plus. Sa famille est concernée, son frère est handicapé et son père est resté près de 5 ans dans le coma, une période durant laquelle il l'a accompagné au jour le jour. Hamid lui-même, lorsqu'il travaillait comme éboueur, a été victime d'un accident, un bac de dépôt de verre lui est tombé dessus.

Cette mission, légitime quand on connait Hamid, se fait dans un cadre légal de maintien dans l'emploi qui n'inclut pas de manipulation ou de port de personne à bras le corps. Hamid occupe avec bonheur ce poste depuis deux ans et les demandes se font croissantes au fur et à mesure que sa notoriété grandit dans l'institution.

Ce qu'il souhaite, comme tous ceux qui travaillent à ses côtés, c'est que son poste soit pérennisé car son action est devenue indispensable et toujours réalisée dans la bienveillance et avec le sourire. Anne-Marie Guifray-Serve ne manque pas de nous dire qu'avant son arrivée, des parents âgés étaient contraints de venir deux fois par jour en faisant de nombreux kilomètres pour assister leur fils aux toilettes. On frise la maltraitance.

Ce poste offre une véritable qualité de vie aux personnes handicapées qui en bénéficient, un regain de de dignité et bien sûr un poste à Hamid qui, d'après-lui, se réalise totalement dans cette fonction.

Son activité humaine et pleine de bon sens peut permettre à d'autres de conserver leur emploi tout en préservant le sien. La solution serait de créer d'autres postes du même type car les besoins existent au sein de la Métropole de Lyon. La conclusion revient à Hamid : "Ce qui compte pour moi, c'est le contact humain, c'est même ce qu'il y a de plus important!".

Article issu du magazine Handirect.

Les commentaires sont fermés.