23/09/2017

Le procès de Céline Boussié devient celui de la maltraitance des enfants handicapés

716c8d7_5049537-01-06.jpg 

2301484282.2.jpg

podcast

La lanceuse d’alerte a comparu mardi pour diffamation à Toulouse. Elle avait voulu alerter sur les mauvais traitements dans un institut médico-éducatif du Gers.

Quand elle apparaît dans le tribunal correctionnel de Toulouse, où elle comparaît pour diffamation, mardi 19 septembre, Céline Boussié a l’allure altière des femmes sacrifiées. Sa fille à la main, avec une assurance peu coutumière sur le banc des prévenus, elle s’avance d’un pas vif et déterminé vers ses nombreux soutiens, venus remplir la salle d’audience devenue trop exiguë.

Comme trois lanceurs d’alerte avant elle, cette ancienne employée de l’institut médico-éducatif (IME) de Moussaron, à Condom (Gers), est jugée « pour avoir rompu la loi du silence et tenté de faire connaître la vérité ». Celle de vingt ans de maltraitance présumée, visant des jeunes polyhandicapés, pensionnaires de cette structure où elle a travaillé de 2008 à 2014.

Alors que ses trois compagnons d’infortune ont été condamnés, la mère de famille de 43 ans s’est installée « confiante et sereine » face aux juges toulousains, déterminée à faire de ce procès celui de son employeur – qui ne fait l’objet d’aucune poursuite à l’heure actuelle.

Lire la suite sur le site du journal Le Monde

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.