Résultats de la 9ème édition du festival Entr'2marches à Cannes

affiche officielle 2018.jpg


podcast
2301484282.2.jpg

Du 12 au 18 mai 2018, alors que les stars hollywoodiennes ont foulé les marches du Palais des Festival de Cannes, le festival  international Entr’2 Marches a laissé la place aux roues des fauteuils. Initié en 2010 par quatre adhérentes de l’antenne cannoise d'APF France handicap, Entr’2 Marches a ouvert cette année encore la compétition à 19 nationalités à travers 39 courts métrages, professionnels ou amateurs, tous en lien avec une forme de handicap.

 

Parmi plus de 700 films de 90 nationalités qui ont été reçus par le comité d’organisation. 39 d’entre eux ont été sélectionnés pour la compétition officielle 2018 sous l’œil avisé de la comédienne et réalisatrice Chantal Lauby, marraine de cœur du festival depuis quelques années. N’ayant pu être présente, elle a envoyé un message de félicitations aux vainqueurs lors de la cérémonie de clôture depuis le tournage de son prochain film « Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu ? ».

7 films touchant de près ou de loin au handicap ont été primés par un jury d’exception et son Président Nima Raoofi, réalisateur d’origine iranienne récompensé il y a quelques années au festival Entr’2 Marches.

Palmarès de la 9e édition du festival Entr’2 Marches

  • Prix du Jury : « Just, Go ! » de Pavel Gumennikov (Lettonie)
  • Prix de la Réalisation : Quentin Lecocq pour « Sans Mot Dire » (France)
  • Prix du Scénario : Fabien Ara pour « Clac ! » (France)
  • Prix d’Interprétation : Nicholas Carter pour « Reuben » de Kaisania Calubaquib (USA)
  • Prix du Documentaire : « I’ve seen so much » de Gonzalo Guajardo (Espagne)
  • Prix du Public Georges Lautner : « Tendre Héritage » de Florent Brischoux (France)
  • Prix de la Jeunesse : « Ferraille » de Karima Gennouni (Maroc)

Synopsis des films vainqueurs : 

« Just go ! » de Pavel GUMENNiKIOVS Lettonie : Inspiré d'une incroyable histoire vraie à propos d'un jeune homme "Just" (24 ans) qui a perdu ses deux jambes dans un accident dans son enfance et qui est amoureux de la fille d'à côté "Ieva" (23 ans). L'histoire commence quand Just encontre Ieva sur le pas de la porte de la maison où ils vivent tous les deux. Ils commencent à flirter en discutant quand ils sont interrompus par deux voleurs qui volent le sac de Ieva devant Just. En un clin d'œil, Just décide de poursuivre les voleurs …

« Sans mot dire » de Quentin LECOCQ France : Ambre est serveuse dans un troquet où le temps semble s'être arrêté. Evoluant auprès d'une clientèle quelque peu farfelue, elle continue à rêver du grand amour.

« Clac ! » de Fabien ARA France : Une famille dîne dans un restaurant chinois…. La mère : "J'ai Alzheimer, je vais me tuer ce soir". Le dernier repas d'une famille sur le point d'éclater et de sombrer dans la panique…

« Reuben » de Kaisania CALUBAQUIB Etats-Unis : Après la mort de sa femme, un homme dépressif, Dante, tente d'exprimer son chagrin en se focalisant sur son art, négligeant son fils Reuben, à qui il arrive d'avoir des besoins particuliers. Mais Reuben aide son père à retrouver goût à la vie à travers son amour inconditionnel et sa passion pour l'art. Trouvant du reconfort au fond d'une bouteille, Dante a des crises de colère qui se termine par des verres brisés. Mais en dépit de tout, Reuben n'abandonne pas et fait de son mieux pour réparer les morceaux casés.... Un court métrage sans dialogue qui s'exprime uniquement par le récit visuel et le symbolisme.

« I've seen so much » de Gonzalo GUAJARDO Espagne : Sintayehu Tesale est un charpentier éthiopien. Mais pas seulement. Il est une personne qui inspire : un de ceux qui laisse une marque en toi après l'avoir rencontré. Il est persévérant, il est positif, il booste ta force, il t'encourage à te lever. Il est, en résumé, une personne motivante. Peut-être qu'une part de cette force vient de ses propres batailles, de sa propre expérience, du fait qu'il soit l'un des rares charpentiers dans le monde à se servir de ses pieds et non de ses mains.

« Tendre héritage » de Florent BRICHOUX France : Après la mort de sa femme, Léo décide chez le notaire, de préparer son testament pour l'avenir de son fils Rémi, polyhandicapé. Mais, à la lecture de celui-ci Léo s'aperçoit qu'il n'y est pas question que de matériel et très peu d'humain. ..

« Ferraille » de Karima GUENNOUMI Maroc : Sarah travaille dans un garage de la Ferraille tout en continuant ses études. Elle passe la plupart de son temps libre à réparer sa veille 4L, afin d'emmener son frère autiste voir la mer pour la première fois. Après que son beau père lui ait volé sa paye, Sarah met en place une vengeance qui lui permettra à la fois de récupérer son argent et d'exaucer le rêve de son frère.

Plus d'informations sur le site du festival Entre'2 Marches

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel