Marguerittes (Gard) : Place forte du tennis en fauteuil

Tennis-en-fauteuil-1-e1528555344992-768x424.jpg

Sarah, fait partie du club du Grau-du-Roi (photo Corentin Corger)


podcast
2301484282.2.jpg

Le temps d'une après-midi à Marguerittes, des joueurs de tennis en fauteuil venus de tout le Gard se sont affrontés lors d'un tournoi amical.

Pendant que les Français Stéphane Houdet et Nicolas Peifer remportaient en double, samedi dernier, le tournoi de Roland-Garros en tennis en fauteuil, un autre tournoi, mais lui amical, se déroulait au Tennis Club de Marguerittes qui accueillait tous les joueurs du Gard.

Venus d'Alès, Bagnols, Le Grau-du-Roi et Marguerittes, ces tennismen s'affrontaient pour la première fois pour certains. Un tournoi amical regroupant l'essentiel des joueurs du département était inédit jusqu'à présent. Les règles de jeu et le comptage des points sont les mêmes que chez les valides sauf que deux rebonds sont autorisés avant de reprendre la balle.

Des hommes et des femmes comme Sarah, 30 ans, tétraplégique, qui a découvert le tennis en fauteuil il y a près de 8 ans. "C'est par des rencontres que j'ai découvert cette discipline et je n'ai jamais lâché ! " Malgré le soleil de plomb qui s'abattait sur le cours, la jeune femme résistait. "Ça me fait souffrir mais c'est bien", savourait-elle. Sarah est atteinte d'un handicap aux quatre membres et fait partie d'une catégorie bien spécifique appelée "quads". Seules deux filles sont répertoriées dans toute la France d'où l'ouverture à la mixité et des affrontements récurrents face aux garçons pour la Graulenne.

Initiation aux valides

 
Pas évident pour Théo en tant que valide de tester le tennis en fauteuil (photo Corentin Corger)

Cette initiative venait de Théo Plazas, licencié dans la commune hôte. "J'ai fait une mission de service civique de sept mois et je devais la terminer par un projet autour du handicap", expliquait-il. En plus d'organiser, le jeune homme a en profité pour essayer le tennis en fauteuil. Et ce n'est pas évident de tout coordonner entre l'objet roulant et la raquette. Le fauteuil est spécifique avec un carrossage important des roues, pour un coût minimum de 2 000 euros. Le principe de base est d'avoir une position reculé au moment du service et être toujours en mouvement. Les muscles brûlaient forcément au bout de quelques échanges.

 
Les tennismen en herbe voulaient aussi tester (photo Corentin Corger)

L'objectif pour le comité de tennis du Gard est de pérenniser ce genre d'événements qui demande au club qui accueille des infrastructures particulières. Et pourquoi pas rêver d'un gardois aux Jeux Paralympiques de 2024 ?

Article issu du site Objectif Gard écrit par Corentin Corget

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel