30/06/2015

Aidez nous à garder l'Agence Régionale de Santé à Montpellier

 
podcast
 2301484282.2.jpg

pétition.jpgPour garantir l’excellence de la future grande région, une répartition équilibrée de ses directions sur le territoire est incontournable

Dans le cadre de la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, le Gouvernement a nommé des préfigurateurs (Préfet, Directeurs de l’ARS, du Pôle emploi, de la DRAC...). Ils sont chargés de répartir l’ensemble des actuelles directions et de leurs agents sur le nouveau territoire régional. Tous sont positionnés à Toulouse. Cette annonce inquiète à Montpellier et en Languedoc-Roussillon.

Pourtant, rien n’est encore joué !

Les atouts de chacune des 2 métropoles sont complémentaires. Toulouse peut afficher son pôle aéronautique et son poids démographique sur un territoire très concentré.

Montpellier affiche une position stratégique en Europe que soutient un réseau de transports performant et interconnecté : sur l'Arc Méditerranéen, du Sud de l'Europe, entre l'Espagne et l'Italie, au cœur des activités du sillon Rhodanien. Elle est également ouverte sur la Méditerranée et le Continent Africain. Des infrastructures modernes, nombreuses et adaptées font du Languedoc- Roussillon un des pôles majeurs de la logistique et de la distribution en Europe du Sud et en Méditerranée.

De ce fait, Montpellier est en droit de revendiquer le partage du « leadership » régional avec la capitale de Midi-Pyrénées.


Nous attendons donc légitimement que les compétences et missions de la future Grande Région soient réparties au mieux et que Montpellier conserve les domaines dans lesquels elle excelle. Ainsi, nous sommes prêts à accepter que la Préfecture s'installe au Capitole. Mais nous attendons que le pouvoir régional investisse les locaux dessinés par Ricardo Bofill. De même en est-il du leadership économique : Toulouse est la capitale européenne de l'aéronautique et Montpellier, la capitale européenne de la Santé. Qui peut contester que la Médecine soit l'ADN de Montpellier ?

Fondée en 1220, l’Ecole de Médecine de Montpellier a accueilli, dans un climat de tolérance et

d’accueil qui fait toute la particularité de son histoire, les médecins les plus éminents. Aux frontons de ses hôpitaux sont François Gigot de Lapeyronie, Arnaud de Villeneuve, Gui de Chauliac... C’est autour de la Faculté de Médecine que s’est développé l’Université à Montpellier.

Aujourd’hui encore, la manière dont notre ville assume ce destin médical est sans équivalent. La plus ancienne faculté de médecine en exercice au monde n'est-elle pas la seule en France à bâtir sa

Nouvelle Faculté de Médecine, autour de ses deux CHU, de l'ICM, d'un secteur de cliniques privées fort et équilibré sur l'ensemble du territoire ? La Capitale du Languedoc Roussillon s'est construite autour d'un pôle universitaire unifié dont la santé est le principal secteur. 5 000 chercheurs dont 1800 dans le secteur médical, 70 000 étudiants dans une ville de 263 000 habitants, c'est une fantastique énergie qu'il faut canaliser.

En outre, la santé en Languedoc-Roussillon, c’est 69 000 acteurs, 131 000 salariés, 15 Milliards d’euros de chiffre d’affaires. La filière santé languedocienne est l’un des plus importants secteurs d’emploi, supérieure même à la filière tourisme. Les industriels du secteur de la santé, soit 700 entreprises, génèrent 9 milliards d’euros de chiffre d’affaire avec près de 12 500 salariés. Ce sont ces entreprises qui concentrent 71% du total de R&D privée de la région. Des entreprises d'excellence, cotées en bourse, comme MEDTECH, INTRASENSE, HORIBA médical, BIORAD,

SANOFI ou BAUCH et LOMB, ont une destinée mondiale. Quant au pôle de compétitivité EUROBIOMED – qui associe les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-D’azur –, il regroupe 4 CHU, 400 entreprises, 8 universités, et de nombreuses écoles formant 39 00 étudiants.

Qui pourrait contester à Montpellier sa place de CAPITALE EUROPÉENNE DE LA SANTÉ ?

Ainsi, au moment où nous nous apprêtons à construire la grande Région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, il est absolument nécessaire que Montpellier conserve toutes les prérogatives qui sont attachées à son excellence. L'un des enjeux de la réforme territoriale en la matière est le lieu d'installation de l'Agence Régionale de la Santé (ARS). Autant il est indéniable que Toulouse, du fait de la prééminence de l'aéronautique, puisse accueillir la mission régionale liée au développement économique et aux industries de pointe, autant il est évident que Montpellier doit être consolidée dans son positionnement de Capitale de la Santé. Le positionnement de l'ARS est le premier signe fort attendu du Gouvernement. Il ne doit pas être le seul !

Le Collectif pour Montpellier

Jacques Bringer (Doyen de la Faculté de Médecine)

Serge Constantin (PDG du groupe Clinipôle)

Jacques Domergue (Directeur général de l’Institut du Cancer de Montpellier)

Olivier Jonquet ( Président de la CME du CHU de Montpellier)

Max Ponseillé ( PDG du groupe Oc Santé)

 

Pour signer la pétition

Les commentaires sont fermés.