17/02/2017

Financez vos vacances adaptées en famille

argent_vacances-800x431.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Le surcoût lié au handicap peut peser lourd dans le budget des vacances adaptées. Pour compenser, des aides financières existent. Le site du magazine Déclic vous dit quels organismes solliciter pour faire baisser la facture.

Définir le surcoût lié au handicap

Vous pouvez faire une demande auprès de la MDPH (Maison Départementale pour Personnes Handicapées), que vous releviez de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) ou de l’AEEH (Allocation d’éducation de l’enfant handicapé). Sachez cependant qu’il est plus facile d’obtenir de l’aide financière pour un séjour adapté (en colonie de vacances par exemple) que pour des vacances en famille. On vous demandera de justifier le surcoût lié au handicap : c’est-à-dire la différence entre ce que vous allez payer et un séjour comparable pour une famille dont aucun membre n’est en situation de handicap. Il faut donc présenter un devis comparatif. Le surcoût peut correspondre à un besoin d’accompagnement, pour financer par exemple le recours à des animateurs dans un village vacances. Il peut aussi être lié à un besoin de matériel adapté : louer une joëllette, un monopousseur, des skis adaptés, un hippocampe, etc. Anticipez plusieurs mois à l’avance afin que votre demande puisse être étudiée par votre référent MDPH.

Lire la suite sur le site du magazine Déclic

13/02/2017

Rappel : réunion d'information sur les prestations de compensation du handicap et les aides humaines

Votre délégation s’intéresse à vos aides humaines !

 

Capture.PNG

image balabolka.jpg


podcast

 

Et vous invite à une après-midi d’information (2 dates au choix) sur :

« Les prestations de compensation du handicap & les aides humaines »

 

Le jeudi 23 février 2017 sur Nîmes de 13h45 à 17h

Salle des Archives Départementales du Gard - 365 rue du Forez - 30000 Nîmes

 

Le jeudi 02 mars 2017 sur Alès de 13h45 à 17h

Salle le Capitole – 10 place de l’Hôtel de ville – 30100 Alès

 

Les sujets abordés seront les suivants : les prestations liées au handicap, les aides humaines, les différents modes de mobilisations qui s’offrent à vous (aidant familial, prestataire, emploi direct, mandataire) … Et surtout ce sera l’occasion pour vous de nous poser vos questions et de nous faire part de vos problématiques. 

Ouvert à tous sur inscription par mail à l’adresse suivante : apf30.maeva@gmail.com ou par téléphone au 04.66.29.27.07 

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire. 

Retrouver l’affiche de l’évènement en cliquant ici

10/02/2017

Les Français et la perte d'autonomie

2301484282.2.jpg
podcast

L'Ocirp publie son étude annuelle pour mesurer la perception des Français sur la perte d'autonomie. Au fil des ans, les citoyens prennent de plus en plus conscience de l'existence du risque de dépendance et de la nécessité d'y apporter des solutions, tant sur le plan individuel que sur le plan politique.

Les Français veulent une loi sur le financement de la perte d'autonomie. En cette période électorale, ils demandent aux politiques de prévoir la perte d'autonomie et de légiférer sur le sujet. A la question posée par le baromètre le l'Ocirp, de savoir si ils veulent une réforme du financement de la dépendance, plus des deux tiers d'entre eux répondent favorablement.

2017_01_24__19_07_67_des_francais_veulent_une_loi_sur_le_financement_de_la_perte_dautonomie.png

Lire la suite

06/02/2017

Sensibilisation / formation des aidants familiaux : La CNSA soutient le programme mis en place par l’APF

2819750676.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie s’engage aux côtés de l’Association des paralysés de France (APF) qui développe un programme de sensibilisation / formation des aidants familiaux de personnes ayant un handicap moteur, avec ou sans trouble associé, ou de personnes polyhandicapées. Les actions seront déployées jusqu’à fin 2019 dans la perspective d’accompagner 3 000 aidants à travers 300 sessions, gratuites grâce au financement apporté par la CNSA.  

Les formations seront animées par des binômes composés d’aidants familiaux et de formateurs spécialistes des thèmes abordés, croisant ainsi les savoirs d’expériences et professionnels. Ce programme a pour objectif principal de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des aidants familiaux.

Le déploiement des formations
Les formations seront organisées par les délégations et les établissements et services médico-sociaux de l’APF en lien avec leurs partenaires associatifs. Au niveau régional, 25 sessions en moyenne seront mises en place. Leurs thèmes auront été choisis selon les besoins des aidants et au regard de ce qui aura déjà été proposé sur le territoire.

Lire la suite

26/11/2016

Aidants : un congé plus souple pour accompagner un proche handicapé

Capture.PNG

oeil balabolka.jpg


podcast

À partir du 1er janvier 2017, les salariés pourront prendre un congé sans solde pour aider un proche handicapé même s’ils n’ont pas de lien de parenté avec lui. Un an d’ancienneté suffit pour faire valoir ce droit.

Nouvelle étape dans la reconnaissance des aidants. Même si elle reste largement insuffisante, comme le rappelait récemment encore Faire Face, elle progresse. Le 1er janvier 2017, le congé de proche aidant va remplacer le congé de soutien familial. Le décret modifiant le Code du travail vient tout juste d’être publié au Journal officiel.

Il assouplit les conditions d’accès à ce dispositif permettant aux personnes en emploi de quitter temporairement leur poste pour s’occuper d’une personne âgée ou en situation de handicap. Désormais, ce congé n’est plus réservé aux seuls membres de la famille. De plus, il devient accessible aux aidants de personnes placées chez un tiers ou en établissement.

Lisez la suite sur Faire-Face

13/10/2016

Les aidants enfin reconnus… sur le papier

 

wheelchair-1629490_19201-660x330.jpg

 2301484282.2.jpg  
podcast

Alors qu'a eu lieu le jeudi 6 octobre, la 7e Journée nationale des aidants, les 8,3 millions de Français apportant une aide régulière à un proche dépendant n’ont guère obtenu davantage, ces dernières années, qu’une reconnaissance symbolique de leur place dans la société.

« On les appelle aidants mais on les ignore bien trop souvent. » Treize ans après la création del’Association française des aidants (Afa), son slogan n’a pas vieilli. Pour lutter contre cette invisibilité, l’association organise chaque 6 octobre la Journée nationale des aidants. Thème de la 7e édition : “Concilier sa vie professionnelle et sa vie d’aidant”.

Un sujet d’actualité puisque 47 % des aidants travaillent. Avec le vieillissement de la population, on estime que « plus de 20 % des actifs joueront un rôle d’aidant dans les années à venir. Une situation difficile à vivre puisqu’ils sont plus d’un sur cinq à préférer taire leur situation auprès de leur employeur », souligne l’Afa.

Deux lois récentes mentionnent les aidants pour la première fois

Dans ce contexte, deux lois sont récemment venues reconnaître, pour la première fois, le rôle des aidants dans notre société. La loi d’adaptation de la société au vieillissement, en décembre 2015, d’abord. Elle leur accorde un droit au répit (réservé aux aidants des bénéficiaires de l’Apa et limité à 500 € par an) et transforme le congé de soutien familial en congé de proche aidant, plus large.

La loi travail, ensuite, adoptée en juillet 2016, qui apporte de nouveaux droits aux aidants salariés. Entre autres, deux jours de congés supplémentaires pour les parents d’enfant(s) handicapé(s) et l’accès au congé de proche aidant dès un an d’ancienneté dans l’entreprise, contre deux auparavant.

Lire la suite sur le site de Faire Face de l'APF