Parcours du combattant pour l'accès des personnes handicapées dans les gares : la SNCF finance des projets innovants

13857643.jpg

(photo : MYCHELE DANIAU / AFP)


podcast
2301484282.2.jpg

Améliorer l'accessibilité des gares et des trains pour les 5 millions de voyageurs en situation de handicap qui les empruntent chaque année : c'est l'objectif affiché de la SNCF, en soutenant des projets innovants en la matière, élaborés par des start-ups.

La SNCF organisait vendredi 2 décembre à Paris son 3e forum Access Solutions pour présenter des projets innovants en matière d'amélioration de l'accessibilité des personnes handicapées aux gares et aux trains. Ces projets sont élaborés par des start-ups et sélectionnés en collaboration avec des associations. La SNCF s'engage à les soutenir, y compris financièrement.

Vous n'avez peut-être jamais remarqué Jade. Ce petit personnage virtuel, pourtant présent sur les écrans de 57 gares, traduit en langue des signes certaines annonces diffusées par les haut-parleurs.

Mieux connaître les "obstacles" et y faire face 

Parmi les innovations du même type que veut aujourd'hui promouvoir la SNCF, Streetco, une application GPS collaborative qui signale les différents obstacles sur le chemin de la gare pour les personnes à mobilité réduite.

Il s'agit de "tous les obstacles", explique l'un de ses fondateurs, Arthur Alba, "les obstacles permanents, comme un trottoir inaccessible parce que trop étroit, trop pentu, ou trop haut, les obstacles temporaires, une zone de travaux, une voiture mal garée, ou une poubelle sur un trottoir", poursuit-il.

"C’est super de dire qu’un établissement est accessible mais si on ne sait pas comment s’y rendre, qu’on est bloqués sur le trottoir, ça ne sert à rien" Arthur Alba, fondateur de Streetco

L’enjeu semble bien être ce fameux "dernier kilomètre" pour pouvoir aller jusqu'à la gare.

Des projets conçus par des personnes en handicap

Autre solution, cette fois développée par Joseph Mignozzi : Bénur, un vélo à mains, à assistance électrique, accessible sans avoir à quitter un fauteuil roulant. "Le projet est né d’une histoire personnelle puisqu’en septembre 2012, suite à un accident de la circulation, je suis resté deux ans cloué sur un fauteuil", explique Joseph Mignozzi. "J’avais besoin de retrouver mon autonomie, mes habitudes de vie, mon indépendance, donc, j’ai fabriqué ce vélo-là dans mon garage, le premier prototype courant 2014" Joseph Mignozzi, entrepreneur

Il y a aussi des habitués, déjà présents aux précédents forums, comme Charlotte de Vilmorin, une jeune entrepreneure elle-même en situation de handicap, qui a créé Wheelizz en 2015 et qui a noué des partenariats tant avec la SNCF qu'avec sa filiale Kéolis ou qu'avec l'assureur Maïf.

"Nous on développe une plateforme de location, de voiture aménagée, avec une rampe par exemple, pour les personnes en fauteuil, mais entre particuliers", explique-t-elle.

Près d'une gare sur quatre accessible 

Reste à définir quels projets apportent une véritable amélioration. Sur ce point, Carole Guéchi, directrice de l'accessibilité à la SNCF, peut compter sur les 6 000 agents de l'entreprise en situation de handicap. "Ces cheminots-là, on les utilise en plus de leur mission habituelle pour faire des tests. Ils ont un savoir-être et un savoir-faire", explique Carole Guéchi.

"On sait très bien que leurs conseils ou leurs recommandations sont très précises d’un point de vue cheminots et chemins de fer et d’un point de vue personnes en situation de handicap. C’est super", ajoute la directrice de l'accessibilité à la SNCF. Malgré ses efforts, la SNCF n'a pu rendre aujourd'hui entièrement accessibles que 35 des 160 principales gares françaises. Il faudra attendre 2024 pour qu'elles le soient toutes. 

Article issu du site Francetvinfo

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel