26/08/2017

Festival International du film sur le handicap : rendez-vous du 15 au 20 septembre à Cannes

Festival-International-du-film-sur-le-handicap-rendez-vous-du-15-au-20-septembre-a-Cannes.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Suivez la seconde édition du Festival International du Film sur le Handicap (FIFH), du 15 au 20 septembre 2017 à Cannes, en partenariat avec Europe 1.

Du 15 au 20 septembre, le Festival International du Film sur le Handicap (FIFH)s'installe à Cannes pour présenter, à travers une soixantaine de films inédits, un autre regard sur la différence. Cette seconde édition a pour thème "Personne n'est parfait !", réplique culte du film Certains l’aiment chaud de Billy Wilder, et invite les spectateurs à dépasser leurs appréhensions liées au handicap. Pour Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, "ce festival permet de briser une barrière, celle des préjugés qu'on a sur le handicap, et d'en apporter une multitude de visions".   

Le festival réunit des réalisateurs du monde entier, et propose six longs-métrages de fiction, six documentaires et une cinquantaine de courts-métrages traitant du handicap et de la différence. Les films en compétition seront jugés par un jury de professionnels, présidé par les réalisateurs Jan Kounen (99 francsBlueberry, l'expérience secrète) et Alexandre Amiel (Pourquoi nous détestent-ils ?), et composé notamment des comédiens Pascal Duquenne et Bernard Le Coq. 

Article issu du site d'Europe 1

22/08/2017

Handicap et culture : deux univers trop souvent parallèles

Handicap-l_action-sociale-de-Malakoff-Mederic-soutient-l_acces-a-la-culture-683x297.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Fin juillet, le Sénat a publié un rapport qui dénonçait le retard pris par la France dans le domaine de l’intégration des personnes en situation de handicap dans le monde de la culture. Un cri d’alarme utile qui permet de mettre en lumière les difficultés rencontrées par des millions de Français.

Lire la suite

06/07/2017

Franck Dubosc, réalisateur : il a été inspiré par sa mère en fauteuil roulant

7108395_1-0-1588379043_1000x625.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Le comédien est actuellement en plein tournage de son premier film en tant que réalisateur, "Tout le monde debout", qui traite du handicap. Un sujet qu'il connait bien puisque sa mère est elle-même en fauteuil roulant, ce qui l'a inspiré lors de l'écriture du scénario.

Après avoir joué pour les autres durant de nombreuses années, Franck Dubosc s'est lancé un nouveau défi : passer à la mise en scène. Et pour son premier long-métrage derrière la caméra, l'humoriste a décidé d'aborder un sujet pour le moins personnel, celui des personnes se déplaçant en fauteuil roulant. Ce que sa mère vit au quotidien, comme il l'a révélé au Parisien ce mardi 4 juillet 2017 : "Ma mère est dans une chaise roulante et je pense souvent à tout ce qu'on peut faire malgré le fauteuil. (...) En me promenant avec ma mère, je me disais aussi qu'au cinéma, on voit souvent les gens marcher côte à côte dans la rue et que deux personnes en fauteuil ne peuvent pas avancer sur un trottoir à côté l'une de l'autre."

Lire la suite

27/06/2017

« Corps et âmes » : construire sa vie avec un handicap, film à visionner en ligne

affiche-corps-et-a%CC%82mes-200x300.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Les réalisateurs Grégoire Gosset et Loïc Wibaux ont passé plusieurs mois au Centre médico-social Lecourbe. Cet établissement parisien accueille des enfants, adolescents et adultes en situation de handicap moteur et polyhandicap. Ils en ont tiré un beau documentaire Corps et âmes, à visionner en ligne.

« Alors, voilà, notre handicap, il est là, maintenant qu’est-ce qu’on fait ? » Oui, qu’est-ce qu’on fait quand on a 8, 15 ou 20 ans et que l’on est porteur d’un handicap moteur ou d’un polyhandicap ? La même chose que n’importe quel enfant ou adolescent, les soins en plus. On joue au foot, on rigole entre copains, on écrit des chansons, on rêve d’indépendance… On se demande comment construire sa vie d’adulte au-delà des contraintes.

Ces plaisirs quotidiens, ces aspirations, ces hésitations, ces peurs, Grégoire Gosset et Loïc Wibaux ont su les saisir avec l’œil de leur caméra. Pendant plusieurs mois, les deux réalisateurs de Corps et âmes se sont glissés dans les couloirs du Centre médico-social Lecourbe.

Cet établissement du XVe arrondissement de Paris accueille des enfants, adolescents et adultes en situation de handicap moteur et polyhandicap.

Lire la suite sur le site de Faire Face de l'APF

25/06/2017

8ème Festival Horizons Décalés près d'Avignon

affiche_horizons_decales_2017oki3.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Venez découvrir cette 8ème édition du Festival Horizons Décalés du 30 juin au 2 juillet 2017 à Verquières (13670) à 15km au sud d'Avignon sous le parrainage de l'acteur Krystoff Fluder.

Le but de ce festival annuel est de promouvoir les artistes-créateurs " autrement valides " et les œuvres ayant un regard nouveau sur le handicap.  De proposer un week-end culturel diversifié : des spectacles vivants (théâtre, one-man show, jeune public ... ), des concerts (chansons françaises, blues, reggae, percussions ... ), des expositions (sculpture, peinture, photo, dessin ... ), des écrits, du cinéma, des débats.
De combattre les préjugés et encourager l'intégration et la mixité à travers la culture, de ravir les sens de tous ceux qui viendront.
De favoriser les échanges entre les artistes, les spectateurs-amateurs et les bénévoles, entre les générations et la diversité dans une ambiance conviviale et chaleureuse.

Pour plus d'informations et découvrir le programme de ce festival suivre ce lien

12/06/2017

Avec la danse, ils font de la différence une richesse

Image-1024-1024-267030.jpg?t=%22e025bddd88a9234eb1892b85c5e309b2gzip%22

2301484282.2.jpg
podcast

Le chorégraphe Tomos Young a traversé la Manche pour faire connaître « la danse inclusive ». Sa première création, avec Maylis, danseuse handicapée, sera présentée cet été au festival Sorties de bain à Granville.

Le jeune chorégraphe Tomos Young est né à Londres, mais a passé son enfance à Granville, dans la Manche. Ses premiers pas de danse, il les a faits avec sa maman, professeure. « À 18 ans, je suis entré dans une école en Angleterre. » Une fois diplômé, il est sollicité par la compagnie Stopgap, qui travaille avec des danseurs avec ou sans handicap.

« À l’époque, je ne connaissais pas du tout la danse inclusive. » Il regarde des vidéos, trouve ça « bizarre », mais dit oui. « Grâce à la différence, j’ai comblé un vide que je ressentais. C’était magnifique. J’ai découvert un nouveau vocabulaire et beaucoup de choses sur moi-même. »

Lire la suite sur le site de Ouest France