14/03/2017

Marwa : son père réclame le " droit de vivre "

C6Fi-QyXMAApytD.jpg:large

logo malvoyant.jpg

 
podcast

Marwa, un bébé lourdement handicapé dont les proches luttent contre la préconisation de l'hôpital marseillais de La Timone d'arrêter les soins, "a le droit de vivre", a déclaré le 4 mars 2017 le père de l'enfant, deux jours après une audience au Conseil d'Etat, assurant "accepter" son état (article en lien ci-dessous). En début d'après-midi, ce jour-là, une marche de soutien aux proches de Marwa a eu lieu dans le centre de Marseille et a rassemblé 200 à 300 personnes portant pour beaucoup un tee-shirt à l'effigie de l'enfant, a constaté une journaliste de l'AFP. Scandant notamment "Jamais sans Marwa !" (du nom de la page Facebook ouverte en son nom), elles ont défilé avec les parents de la fillette et sa sœur jumelle, derrière une petite banderole "Laissez vivre ma soeur jumelle".

Lire l’intégralité de l'article sur le site handicap.fr

15/02/2017

La Securité sociale s'attaque aux renoncements aux soins

404822-une-patiente-recoit-des-soins-dentaires-dans-un-hopital-de-lyon.jpg?modified_at=1433414481&width=960

2301484282.2.jpg  
podcast

L'assurance maladie a mis en place dans certains départements, et plus particulièrement dans le Gard, un nouveau dispositif pour détecter et accompagner les personnes qui renoncent à se soigner.

Après de nombreux constats, la CPAM du Gard , en collaboration avec l'Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services), a décidé depuis quelques années de se pencher sur le fait que de nombreuses personnes renoncent aux soins.

La première enquête menée dans le Gard montrait que le renoncement concerne 30 % des personnes interrogées, et dans 94 % des cas, ces personnes ont un réel besoin de soins. Il y a donc très peu de déclarations « de confort ». Les causes du renoncement sont multiples : un coût trop élevé, un manque de transport, la peur face à certains soignants...

La première plateforme a vu le jour à Nîmes dans le Gard en novembre 2014 et s'est étendue depuis à 20 autres caisses avec un bilan très positif. Le nouveau dispositif repose sur deux piliers : la détection des situations individuelles de renoncement, et leur résolution par la Pfidass, la Plateforme d'intervention départementale pour l'accès aux soins et à la santé.

Si ce sujet vous intéresse et pour plus d'informations nous vous invitons à lire l'article du 1er février paru dans le journal "Alternatives Economiques" écrit par Céline Mouzon

10/02/2017

Les Français et la perte d'autonomie

2301484282.2.jpg
podcast

L'Ocirp publie son étude annuelle pour mesurer la perception des Français sur la perte d'autonomie. Au fil des ans, les citoyens prennent de plus en plus conscience de l'existence du risque de dépendance et de la nécessité d'y apporter des solutions, tant sur le plan individuel que sur le plan politique.

Les Français veulent une loi sur le financement de la perte d'autonomie. En cette période électorale, ils demandent aux politiques de prévoir la perte d'autonomie et de légiférer sur le sujet. A la question posée par le baromètre le l'Ocirp, de savoir si ils veulent une réforme du financement de la dépendance, plus des deux tiers d'entre eux répondent favorablement.

2017_01_24__19_07_67_des_francais_veulent_une_loi_sur_le_financement_de_la_perte_dautonomie.png

Lire la suite

21/01/2017

Session d'information sur la Polio

Image.axd?FileID=4383f802-ce10-4b93-af60-3bf89be24fba

2301484282.2.jpg
podcast
 

Dans le cadre des Entretiens de Montpellier (congrès de rééducation – réadaptation), une session spéciale sur la Polio est organisée le vendredi 17 mars de 8h30 à 16h00 au Corum de Montpellier.

Le Pr Isabelle LAFFONT (chef du service de rééducation  CHU Montpellier) est un des rares praticiens qui connait bien les séquelles de polio et c’est dans la continuité de colloques « mixtes » (personnes concernées + professionnels) qui ont déjà eu lieu, souvent à l’initiative d’associations, qu’elle organise cette session.

Cette première session des Echanges Transméditerranéens de Médecine Physique et de Réadaptation sera l’occasion de faire le point sur la Poliomyélite en 2017 à partir des expériences croisées de plusieurs pays du pourtour de la Méditerranée. Seront abordées plus spécifiquement les questions suivantes: apports de la poliomyélite dans l’historique de la MPR, épidémiologie en 2017, complexité de l’évaluation fonctionnelle, chirurgie orthopédique à l’âge adulte, syndrome post poliomyélitique, organisation sanitaire et médico-sociale du suivi de ces patients, place du renforcement moteur et du reconditionnement à l’effort dans cette population. 

Pour rendre ce colloque accessible financièrement, il ne sera facturé qu’à prix coûtant (15€) pour les personnes concernées (option repas pris sur place en plus).

Inscription obligatoire en suivant ce lien : Formulaire EMPR 2017 - Association de Poliomyélite

Plus d'information sur ce flyer  ou au 04 78 17 62 76

 

20/01/2017

Lien entre tabac et sclérose en plaques

Tabagisme-La-SCC-demande-la-re%CC%81vision-de-la-loi-inchange%CC%81e-depuis-9-ans.jpeg

2301484282.2.jpg
podcast

La SEP est une maladie complexe et multifactorielle, dont les causes restent à ce jour inconnues. Elle résulte de l'association de facteurs génétiques et environnementaux, dont la consommation de tabac.

Un facteur de risque de susceptibilité

Plusieurs études montrent une association solide, bien que modeste, entre la consommation de cigarettes et le risque de développer la maladie. Ainsi, le risque de développer une SEP serait augmenté de 1,5 fois chez les fumeurs par rapport aux non fumeurs. Cette corrélation serait dose-dépendante. De même, le risque augmente en cas de tabagisme passif.

Son impact sur l'évolution de la SEP

Une étude récente a montré le rôle délétère joué par le tabac après les premiers signes de sclérose en plaques. En effet, chez les malades continuant à fumer, la conversion en SEP secondairement progressive a lieu en moyenne 8 ans plus tôt que chez ceux ayant arrêté de fumer. Cette étude suggère également que le tabagisme avant le diagnostic influerait plus sur le risque de développer une sclérose en plaques que sur son évolution.

Lire la suite

18/01/2017

Grand froid : comment se protéger

Visuel+plaquette+grands+froids

2301484282.2.jpg
podcast

L’hiver est installé, les températures ont baissé… Ponctuellement, par vagues, dans certaines régions ou sur l’ensemble du territoire, le froid s’installe et atteint parfois des températures contre lesquelles les personnes vulnérables, telles que les personnes âgées, les personnes en situation de handicap ou les enfants, doivent se prémunir. C'est pourquoi Santé publique France a mis en place une campagne d'information et de prévention des risques liés aux vagues de grand froid et de très grand froid : Consulter la brochure d'information