04/10/2015

Le gouvernement prêt à aggraver la situation financière déjà précaire des personnes en situation de handicap !

2301484282.2.jpg
podcast

AAH.gifDans le cadre du projet de loi de finances 2016, le gouvernement prévoit de prendre en compte les revenus des livrets non imposables (livret A, livret d’épargne populaire) dans le calcul du montant de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH).

L’AAH est un minimum social qui se monte, après une revalorisation misérabiliste au 1er septembre 2015, à 807,66 euros. Son montant est bien inférieur au seuil de pauvreté de 977 euros.


Les revenus d’épargne issus de ces livrets représentent des sommes dérisoires à l’échelle des économies que l’Etat français doit réaliser. Mais pour les personnes en situation de handicap, aux ressources déjà faibles, ces petits revenus sont essentiels pour vivre au quotidien.

Le Comité d’Entente s’insurge : « C’est un scandale, pour des économies de bout de chandelle, l’Etat est  prêt à grever les ressources déjà faibles des plus vulnérables. »

Le Comité d’Entente demande au Gouvernement de renoncer à cette mesure et aux parlementaires de rejeter cet article qui vient renforcer l’exclusion des personnes concernées.

Lire la suite

02/09/2015

Inquiétude des acteurs privés de l'aide à domicile

2301484282.2.jpg
podcast

Caring%2Bfor%2BElderly.jpgLa loi sur le vieillissement qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2016 inquiète les entreprises d'aide à domicile qui interviennent auprès des personnes âgées et handicapées au motif qu'elles ne "pourront plus choisir leurs prestataires".

Les entreprises d'aide à domicile s'inquiètent d'être « privées de grandir » par la loi sur le vieillissement, en cours de discussion, qui prévoit notamment un régime unique d'autorisation pour les prestataires intervenant auprès des personnes âgées ou handicapées.  Avec ce projet de loi, « notre volume d'activité sera plafonné pour nous interdire de grandir. Les personnes âgées et handicapées ne pourront plus choisir leurs prestataires d'aide à domicile », affirme dans Les Échos Amir Reza-Tofighi, directeur général de Vitalliance, l'une des entreprises de services à la personnes regroupées dans le collectif  « PrivésDeGrandir » qui demande au gouvernement une modification du texte actuel.

Lire la suite

22/08/2015

Chiot-guide en formation, il a les mêmes droits !

 
podcast
 2301484282.2.jpg

apf.jpgLes chiots-guides en formation ont les mêmes droits que leurs aînés. La loi de mars 2014 est sans équivoque à ce sujet. Une mesure attendue par les centaines de familles d'accueil en France qui participent à leur éducation entre 3 et 12 mois.

Avec sa bouille craquante, comment imaginer que c'est un vrai professionnel de l'accompagnement ? Ou presque. Avant de devenir chien-guide d'aveugle ou d'assistance (pour les personnes avec un handicap moteur), il y a des chiots qui n'ont pas encore la "gueule" de l'emploi. Et pourtant, ils bénéficient des mêmes droits que leurs aînés.

Lire la suite sur Handicap.fr

28/07/2015

Y-a-t-il une Justice pour les personnes handicapées ?


podcast
 
 2301484282.2.jpg

img_2_7851.jpgLes personnes handicapées ont-elles véritablement accès au droit et à la Justice? Par méfiance réciproque, les professionnels et justiciables peinent à se rencontrer. Quelles solutions pour leur permettre d'être mieux défendues?

Le Diplôme Universitaire « Le Handicap dans l'accès au droit » est dispensé à la Faculté catholique de Lyon depuis janvier 2015. Il a pour objectif de former les professionnels du droit au handicap (article en lien ci-dessous). Onze étudiants issus de différents horizons (avocats, juristes, mandataires, doctorants…) y ont mené une expérience originale en allant à la rencontre, lors d'entretiens individuels, des acteurs du monde du handicap et de la justice. Son but ?  Expertiser l'accessibilité de la Justice.

Lire la suite sur handicap.fr

25/07/2015

C’est une honte !

 
podcast
2301484282.2.jpg 

La délégation du Gard et ses adhérents sont indignés par la ratification de la loi par les parlementaires signant la mise à mort de la loi de 2005.

unnamed.jpg Nous ne disons pas merci aux parlementaires qui ont de cette façon atteint à la dignité des personnes en situation de handicap ; à leur droit à circuler, à accéder  et à vivre. Nous espérons que le Conseil Constitutionnel sera saisi et remettra en cause cette ratification incompréhensible.

Encore une loi votée en plein été, en «  louzdé » pour reprendre une expression qui correspond bien à la situation...

Il est quand même curieux que tous ces jeunes premiers ( sic)  qui siègent à l’assemblée n’aient pas saisi tout l’intérêt pour eux  de ne pas voter une loi qui risque de les plonger un jour dans un bien terrible embarras…car l’accessibilité concerne aussi les personnes âgées…

Dolorès Orlay-Moureau, Directrice de la délégation APF du Gard

 

01/07/2015

La réforme de l’Aide au paiement d’une Complémentaire Santé entre en vigueur ce 1er juillet 2015


podcast
 
2301484282.2.jpg

image.jpgMarisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a présenté hier à Créteil la réforme de l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) qui entrera en vigueur ce 1er juillet 2015. Objectif : Faire mieux connaître cette aide au public, simplifier son fonctionnement et donner des avantages supplémentaires à ses bénéficiaires.

« L'aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) permet à nos concitoyens  qui ne peuvent pas bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), mais dont les revenus sont inférieurs au seuil de pauvreté, d'accéder à une couverture complémentaire santé, a-t-elle rappelé. Elle prend la forme d’une attestation permettant d’obtenir un rabais sur le prix de la complémentaire santé, à présenter à l’organisme complémentaire auprès duquel s’assure le bénéficiaire.

 Jusqu’à présent, le bénéficiaire de l’aide devait choisir  parmi les contrats proposés par des centaines de mutuelles, d’institutions de prévoyance ou de compagnies d’assurance existantes. Le Gouvernement a réformé ce dispositif en sélectionnant les contrats éligibles à cette aide à l’issue d’une mise en concurrence, afin :

- de simplifier le choix des bénéficiaires ;

- de leur permettre de voir baisser significativement le coût de leur complémentaire santé, ou d’obtenir, pour un même prix, des contrats offrant une meilleure couverture ».

 Lire la suite sur handirect.fr