14/03/2017

Marwa : son père réclame le " droit de vivre "

C6Fi-QyXMAApytD.jpg:large

logo malvoyant.jpg

 
podcast

Marwa, un bébé lourdement handicapé dont les proches luttent contre la préconisation de l'hôpital marseillais de La Timone d'arrêter les soins, "a le droit de vivre", a déclaré le 4 mars 2017 le père de l'enfant, deux jours après une audience au Conseil d'Etat, assurant "accepter" son état (article en lien ci-dessous). En début d'après-midi, ce jour-là, une marche de soutien aux proches de Marwa a eu lieu dans le centre de Marseille et a rassemblé 200 à 300 personnes portant pour beaucoup un tee-shirt à l'effigie de l'enfant, a constaté une journaliste de l'AFP. Scandant notamment "Jamais sans Marwa !" (du nom de la page Facebook ouverte en son nom), elles ont défilé avec les parents de la fillette et sa sœur jumelle, derrière une petite banderole "Laissez vivre ma soeur jumelle".

Lire l’intégralité de l'article sur le site handicap.fr

18/02/2017

L'AAH versée après l'âge de la retraite : victoire ?

l-aah-versee-apres-l-age-de-la-retraite-victoire-9547.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Depuis le 1er janvier 2017, les allocataires de l'AAH (au moins 80%) peuvent continuer à la percevoir au-delà de l'âge de la retraite sans avoir à demander l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA).

Jusqu'à maintenant, dès qu'un bénéficiaire de l'AAH (Allocation adulte handicapé) dont le taux d'incapacité est égal ou supérieur à 80% arrivait à l'âge légal de la retraite (c'est à dire 62 ans en 2017), il était tenu d'entreprendre des démarches pour basculer dans le dispositif ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées) ; cette dernière est réservée, comme son nom l'indique, aux personnes âgées, et remplace le minimum vieillesse depuis 2006 (elle est versée sous condition de ressources aux personnes qui n'ont pas suffisamment cotisé aux régimes de retraite pour pouvoir bénéficier d'un revenu). C'est la fameuse "barrière d'âge" que les associations de personnes handicapées tentaient de faire céder depuis près de 15 ans !

Lire la suite sur le site handicap.fr

16/01/2017

Les matinales de l'UDAF : « La médiation familiale : les familles confrontées à la séparation »

Nouvelle image (9).jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Pour sa première Matinale de l'année 2017, l'UDAF du Gard vous invite à une conférence autour de la "médiation familiale" le Jeudi 26 janvier 2017 à partir de 8h45.

Dans le cadre de conflits familiaux et plus spécifiquement des séparations et des divorces, la médiation permet un accompagnement à la recherche d’accords viables et satisfaisants pour chacun des membres de la famille, dans le respect des besoins, des droits et des devoirs de chacun. Les médiateurs aident à dépasser le conflit et à trouver un accord pour préserver les liens familiaux.

Dans le Gard, l’Association Départementale Professionnelle de Médiation Familiale est intervenue auprès d’un millier de personnes en 2015. Cette plate-forme pilotée par l’UDAF30 accroît chaque année son activité. Patricia Fouque, directrice de l’ADPMF, animera cette Matinale.

Si vous êtes intéressés merci de confirmer votre participation auprès de l'UDAF du Gard par mail ou au 04 66 02 17 43.

06/01/2017

COMMUNIQUE : Stratégie quinquennale de l'évolution de l'offre médico-sociale

image communique-de-presse.jpg

image balabolka.jpg

 
podcast

 

Un volet s’ouvre et les personnes polyhandicapées sortent de l’ombre

Onze ans après la reconnaissance du polyhandicap par la loi dite « handicap » du 11 février 2005, sept associations représentatives des personnes polyhandicapées et de leurs familles saluent l’émergence d’une politique publique dédiée à l’accompagnement des personnes polyhandicapées.

En effet, le volet national polyhandicap de la stratégie quinquennale de l’évolution de l’offre médico-sociale, dévoilé aujourd’hui, ouvre la voie à une meilleure reconnaissance des droits des personnes polyhandicapées.

Les associations soulignent la co-construction de ce volet élaboré à partir des propositions des associations, retravaillées en lien avec les agences et les administrations nationales.

Ses actions portent sur l’ensemble de la vie des personnes polyhandicapées et leur garantissent les mêmes droits que ceux de tout citoyen. Les associations restent vigilantes quant à la mise en œuvre de ce plan : les moyens et le calendrier doivent être à la hauteur des enjeux.

 

Lire la suite

07/12/2016

Fin de vie : les Français méconnaissent leurs droits selon l’Ifop

Capture.PNG

oeil balabolka.jpg


podcast

Apaiser les souffrances, refuser l’acharnement thérapeutique ou faire connaître sa position en prévision de sa propre fin. Les Français, dans leur grande majorité, méconnaissent les possibilités offertes par la loi sur la fin de vie votée en février 2016. C’est le principal enseignement de l’enquête Ifop sur la perception de la fin de vie, rendue publique le 22 novembre.

Les enjeux liés à la fin de vie restent encore méconnus. Pour preuve : 62 % des Français n’ont jamais entendu parler de la loi Claeys-Leonetti, le nouveau cadre légal voté en février 2016 venant compléter la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie. Voilà la principale révélation de l’enquête menée par l’institut Ifop. Réalisée à la demande de la Fondation Adréa, elle a porté sur un échantillon de 1 002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lire la suite sur Faire-Face

02/07/2016

3 exceptions du droit français pour les chiens d’aveugle

Capture.PNG

oeil balabolka.jpg


podcast

Samedi 25 juin, un employé oblige une femme malvoyante à sortir d’un restaurant rapide parisien. La raison : elle est accompagnée d’un chien. Or, toute personne aveugle peut venir avec son chien dans tout lieu ouvert au public. Buzzfeed, une société américaine de diffusion d'informations,  s’en est mêlé pour obtenir une réponse de l’entreprise. Leur constat : un rappel des lois peut être utile.

Elle est mère de famille, malvoyante. Avec sa fille, elle a décidé de s’offrir un repas chez un Quick de Saint Lazare, samedi 25 juin. Après avoir payé sa commande et s’être installées, une serveuse et un responsable les auraient prié de sortir du restaurant. Elles sont entrées avec un chien. Cette fixation sur l’animal sans ouvrir les yeux sur la situation d’une personne malvoyante, autorisée à se déplacer dans tout lieu ouvert au public avec son « chien guide d’aveugle », a causé de l’embarras. Carine Agnelli Bourguignon a posté sur Facebook un message où elle dénonce cette expulsion. Un post partagé plus de 100 000 fois.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous rendre sur Vivrefm.com