Science - Page 2

  • Lien entre tabac et sclérose en plaques

    Tabagisme-La-SCC-demande-la-re%CC%81vision-de-la-loi-inchange%CC%81e-depuis-9-ans.jpeg

    2301484282.2.jpg
    podcast

    La SEP est une maladie complexe et multifactorielle, dont les causes restent à ce jour inconnues. Elle résulte de l'association de facteurs génétiques et environnementaux, dont la consommation de tabac.

    Un facteur de risque de susceptibilité

    Plusieurs études montrent une association solide, bien que modeste, entre la consommation de cigarettes et le risque de développer la maladie. Ainsi, le risque de développer une SEP serait augmenté de 1,5 fois chez les fumeurs par rapport aux non fumeurs. Cette corrélation serait dose-dépendante. De même, le risque augmente en cas de tabagisme passif.

    Son impact sur l'évolution de la SEP

    Une étude récente a montré le rôle délétère joué par le tabac après les premiers signes de sclérose en plaques. En effet, chez les malades continuant à fumer, la conversion en SEP secondairement progressive a lieu en moyenne 8 ans plus tôt que chez ceux ayant arrêté de fumer. Cette étude suggère également que le tabagisme avant le diagnostic influerait plus sur le risque de développer une sclérose en plaques que sur son évolution.

    Lire la suite

  • SEP congrès des patients de la Fondation ARSEP

    annonce-haut-page-congres-patients-2017.jpg

    2301484282.2.jpg
    podcast

    Le Congrès des Patients atteints de Sclérose en Plaques de la Fondation ARSEP se tiendra cette année le 01 avril 2017 à l'Hôtel Novotel Paris-Eiffel 61 Quai de Grenelle 75015 PARIS.

    Pour la 26ème année, la Fondation ARSEP organise cette manifestation annuelle destinée aux personnes atteintes de SEP et à leurs proches. Informer, accompagner, soutenir les proches et les personnes atteintes de sclérose en plaques sont les maitres-mots de ce Samedi 1er avril 2017, car il est nécessaire de parler de cette maladie neuro-dégénérative qui touche près de 100 000 personnes en France, de présenter les différents aspects de cette maladie, de faire le point sur les avancées de la recherche et d'envisager ensemble les solutions qui existent pour prendre en charge et accompagner les patients et leurs proches.

    Programme de la journée : Actualité sur les traitements et avancées de la recherche sur la SEP - débat  - la recherche a la parole : présentation de  projets soutenus par la Fondation ARSEP - ateliers thématiques et pratique pour patients et pour aidants.

    Plus d'informations sur le site de l'ARSEP

  • Le CEA brise les préjugés sur le handicap à l’aide d’une BD


    podcast
    2301484282.2.jpg

    cea6.jpgLorsque la bande dessinée se met au service de la sensibilisation au handicap, Talentéo n’est jamais loin. Aujourd’hui c’est le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), qui nous présente sa BD de sensibilisation à destination de ses salariés.

    Pour rappel: Le CEA est un acteur majeur de la recherche, du développement et de l’innovation. Le Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives intervient dans quatre grands domaines: les énergies bas carbone (nucléaire et renouvelables), les technologies pour l’information et les technologies pour la santé, les Très Grandes Infrastructures de Recherche (TGIR), la défense et la sécurité globale.

    Pour chacun de ces quatre grands domaines, le CEA s’appuie sur une recherche fondamentale pointue et assure un rôle de soutien à l’industrie. 

     HANDICAP.jpgcea5.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     Lire la suite sur le site talenteo.fr

  • Naissance de la première prothèse sensible

    2301484282.2.jpg  podcast

     

    14069897.jpgUne prothèse de jambe capable de reproduire les sensations d’un membre amputé tout en apaisant les douleurs fantômes : c’est la technologie que le professeur Hubert Egger de l’Université de Linz en Autriche a mise au point. Une première mondiale.

    Wolfgang Rangger, un enseignant autrichien de 54 ans, vient de bénéficier de cette nouvelle technologie. Amputé il y a plusieurs années suite à des complications après un accident cardio-vasculaire, il ressent aujourd’hui les différences des revêtements du sol (béton, moquette, cailloux…) sous ses pieds et n’a plus d’hypersensibilité liée à son amputation.

    Cette prothèse comporte des capteurs reliés à des stimulateurs posés sur le moignon. Ainsi, l’information part de la prothèse pour remonter au cerveau. Elle permet de reproduire la sensation du membre perdu et, de ce fait, stimule les voies de contrôle de douleurs. Les douleurs fantômes disparaissent sans le moindre médicament. De quoi changer le quotidien des personnes concernées.

    Lire la suite sur le site de Faire Face