03/10/2017

En pleine "rénovation", l'Agefiph, fonds d'insertion pour les personnes handicapées, fête ses 30 ans

19989475_1671944719516607_7801273370977067108_n.png

2301484282.2.jpg
podcast

Fondé par la loi de 1987 instaurant l'obligation pour les entreprises privées d'employer 6% de travailleurs handicapés, le fonds d'insertion Agefiph fête ses 30 ans, entre "progrès accomplis" et inquiétudes pour l'avenir. 

Lire la suite

27/09/2017

AAH : les allocataires en couple ne perdront pas un euro, assure le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées

allocataires-aah-perdront-pas-un-euro-660x330.png

2301484282.2.jpg
podcast

Le cabinet de Sophie Cluzel a expliqué à Faire-face.fr que le plafond de ressources ouvrant droit à l’AAH pour un allocataire en couple va rester inchangé à 1 620 €, dans les années à venir. Alors que l’allocation adulte handicapé à taux plein va passer à 900 €, le montant de l’AAH pour les personnes mariées, concubines ou pacsées ne va donc ni baisser… ni augmenter.

« Le niveau de ressources des allocataires de l’AAH en couple va être préservé. » Le cabinet de Sophie Cluzel, la secrétaire d’État aux personnes handicapées, l’assure à Faire-face.fr. « La révision des règles d’appréciation des revenus des foyers pour le calcul de l’allocation adulte handicapé ne va rien faire leur perdre ».

Mais ces quelque 250 000 allocataires ne tireront aucun gain de la revalorisation de 90 € de l’AAH, annoncée le 20 septembre par Édouard Philippe, à l’issue du comité interministériel du handicap. Pour eux, l’opération sera blanche.

Le mode de calcul du plafond sera moins avantageux

Le montant de l’allocation adulte handicapé dépend des ressources du foyer. Plus l’écart entre ces ressources et le plafond maximal autorisé est important, plus l’AAH est élevée. Aujourd’hui, ce plafond est égal à deux fois le plafond pour une personne seule, soit deux fois 810 €, le montant de l’AAH à taux plein.

Le gouvernement a décidé d’abaisser ce coefficient multiplicateur. À 1,9, le 1er novembre 2018, lors de la revalorisation exceptionnelle de l’AAH à 860 €. Puis à 1,8 le 1er novembre 2019, lors de la seconde hausse, à 900 €. Si les revenus de votre conjoint restent stables, le montant de votre AAH fin 2019 sera donc le même qu’aujourd’hui puisque la baisse du coefficient multiplicateur sera compensée par la hausse du plafond pour une personne seule.

Lire la suite sur le site Faire Face de l'APF

26/09/2017

Emission sur Public Sénat sur les manquements concernant l’accompagnement scolaire des enfants ayant un handicap.

2301484282.2.jpg
podcast

Nous vous proposons de regarder la vidéo de l'émission " On va plus loin" diffusée le 21 septembre sur la chaîne de télévision Public Sénat sur la problématique de l’accompagnement scolaire des enfants handicapés,  avec entre autres comme invitée Bénédicte Kail, conseillère nationale en charge des questions relatives à la scolarité à l’APF (cliquez sur l'image ci-dessus pour voir l'emission).

25/09/2017

Prochainement un nouveau service dans votre délégation APF du Gard : Mand’APF 30

Plaquette - Mand'APF30 1.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Mand’APF 30 est un service mandataire rénové à destination des personnes en situation de handicap moteur utilisant l’emploi direct comme mode d’organisation de leurs aides humaines, pour les aider à sécuriser leur aide humaine. Pour cela Mand’APF 30 vous propose des prestations adaptées à vos besoins et ceux de vos aidants. 

Lire la suite

24/09/2017

Accompagnement sensuel et sexuel : une demande en hausse

appas-660x330.jpg

2301484282.2.jpg
podcast

Près de 300 demandes d’accompagnement sexuel sont arrivées à l’Appas en 2016, soit près du double de l’année précédente. Le profil reste celui d’un homme jeune, vivant seul à domicile.

La demande d’accompagnement sexuel et sensuel existe et se développe. C’est le constat que renouvelle l’Appas (Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel), un des principaux acteurs de mise en relation dans ce domaine en France. Un constat établi dans sa récente étude analysant les demandes qu’elle a reçues via son site internet en 2016. Elles s’élèvent à 297 cette année-là, contre 180 en 2015, mais toutes n’ont pas pu avoir une issue favorable.

Des demandes venant de toute la France

Si les mails viennent d’abord du Grand Est (l’Appas est basée en Alsace, où elle organise ses formations) et de région parisienne, l’origine géographique des sollicitations, avec toutes les régions représentées, montre combien l’association est désormais connue sur toute la France. Notamment via ses campagnes de communication et participations à des colloques. La démarche n’est pas non plus clivante entre générations : toutes les tranches d’âges sont demandeuses, avec une moyenne de 40 ans et un pic entre 26 et 35 ans.

Lire la suite sur le site Faire Face de l'APF

23/09/2017

Le procès de Céline Boussié devient celui de la maltraitance des enfants handicapés

716c8d7_5049537-01-06.jpg 

2301484282.2.jpg

podcast

La lanceuse d’alerte a comparu mardi pour diffamation à Toulouse. Elle avait voulu alerter sur les mauvais traitements dans un institut médico-éducatif du Gers.

Quand elle apparaît dans le tribunal correctionnel de Toulouse, où elle comparaît pour diffamation, mardi 19 septembre, Céline Boussié a l’allure altière des femmes sacrifiées. Sa fille à la main, avec une assurance peu coutumière sur le banc des prévenus, elle s’avance d’un pas vif et déterminé vers ses nombreux soutiens, venus remplir la salle d’audience devenue trop exiguë.

Comme trois lanceurs d’alerte avant elle, cette ancienne employée de l’institut médico-éducatif (IME) de Moussaron, à Condom (Gers), est jugée « pour avoir rompu la loi du silence et tenté de faire connaître la vérité ». Celle de vingt ans de maltraitance présumée, visant des jeunes polyhandicapés, pensionnaires de cette structure où elle a travaillé de 2008 à 2014.

Alors que ses trois compagnons d’infortune ont été condamnés, la mère de famille de 43 ans s’est installée « confiante et sereine » face aux juges toulousains, déterminée à faire de ce procès celui de son employeur – qui ne fait l’objet d’aucune poursuite à l’heure actuelle.

Lire la suite sur le site du journal Le Monde